L’ascension de l’extrême droite aux élections européennes de 2024 : conséquences sur le genre en Europe (2/2)

Temps de lecture : 17 minutes

08/07/2024

Sofia Rocco Stainsack Rocha

À la lumière de la première partie de ce dossier, lors de l’analyse des résultats des élections européennes de 2024 et de leurs développements politiques possibles, il est crucial de développer une étude précise sur l’impact des votes sur le genre. Il est examiné d’abord le cadre juridique européen sur cette question, ainsi que les statistiques sur les femmes et les personnes LGBTI+ dans l’UE, et les défis et les recommandations à venir, compte tenu de la montée de l’extrême droite. 

Malgré les avancées institutionnelles, la réalité au cœur des États membres reste préoccupante, vu l’augmentation de la violence, de la discrimination et du harcèlement dans la région, un scénario qui peut être affecté par les élections. De cette façon, quelles sont les conséquences des résultats des élections européennes de 2024 sur les politiques de genre et les droits des femmes et des personnes LGBTI+ dans l’Union européenne, étant donné le cadre juridique existant et les défis identifiés ?  

Le cadre juridique sur les sujets de genre dans l’Union européenne et les progrès réalisés face à une régression conservatrice

Bien que les inégalités entre les femmes et les hommes persistent, l’UE a réalisé des progrès considérables en matière d’égalité des genres au cours des dernières décennies. Ces avancées sont attribuées à des mesures législatives, à l’intégration de la dimension de genre dans toutes les politiques, et à des initiatives spécifiques visant à renforcer l’autonomie des femmes. Parmi les évolutions positives, on peut citer l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail ainsi que les progrès en matière d’éducation et de formation[1]European Commission. (2024). Gender equality strategy. Retrieved June 18, 2024, from … Continue reading.

En général, plusieurs États membres de l’Union européenne ont ratifié des conventions importantes au niveau régional pour les droits humains et la protection des femmes. Cela inclut la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (STE n° 5, 1950) et ses Protocoles, la Charte sociale européenne (STE n° 35, 1961, révisée en 1996, STE n° 163), la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains (STCE n° 197, 2005) ainsi que la Convention sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels (STCE n° 201, 2007). En autre, plus récemment, la majorité des pays de l’UE ont ratifié la Convention d’Istanbul, un instrument international crucial pour la protection des femmes contre la violence, principalement la violence domestique, et élabore un modèle de politique publique à cet égard. Toutefois, cette convention a été signée mais n’a pas été ratifiée par certains États qui manifestent une réticence envers l’égalité des genres ou qui ont choisi de se retirer, en soulignant une “perspective idéologique” et une incitation à l’immigration illégale[2]Vie Publique. (n.d.). Droits des femmes : Adhésion de l’UE à la Convention d’Istanbul. Retrieved July 4, 2024, from … Continue reading. Cela inclut la Bulgarie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la République tchèque, la Slovaquie et la Turquie[3]Council of Europe. (n.d.). Convention d’Istanbul. Retrieved June 18, 2024, from https://www.coe.int/fr/web/istanbul-convention

La stratégie de l’UE en matière d’égalité entre les femmes et les hommes pour la période 2020-2025 représente l’engagement de l’UE à réaliser une Union caractérisée par l’égalité. Elle définit des objectifs politiques et des actions visant à réaliser des progrès substantiels jusqu’à 2025 en vue d’atteindre la parité femmes-hommes[4]European Commission. (2024). Gender equality strategy. Retrieved June 18, 2024, from … Continue reading. Les principales priorités de la stratégie sont la lutte contre la violence fondée sur le genre, la lutte contre les stéréotypes, la réduction des disparités entre les femmes et les hommes en matière de travail, la promotion de l’équilibre entre genres dans tous les secteurs économiques, la réduction des écarts de salaires et de pensions, la réduction de l’écart entre genres en matière de soins de santé et la représentation équitable dans la prise de décision[5]European Commission. (2024). Gender equality strategy. Retrieved June 18, 2024, from … Continue reading

De cette façon, malgré une majorité à droite, composée aussi par le groupe de libéraux Renouveler l’Europe, de centristes, l’UE a passé depuis 2019 plusieurs directives qui traitent positivement des questions de genre :

 – La directive sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée représente un pas significatif en faveur de l’accès des femmes au travail, en instaurant des normes minimales pour les congés parentaux, avec notamment 14 semaines de congé maternité et la possibilité pour les deux parents de prendre chacun·e au moins quatre mois de congé[6]European Commission. (2019). European Commission – Policies, information and services – European Commission. Retrieved June 18, 2024, from … Continue reading

– Une directive vise à féminiser les conseils d’administration, imposant que 40% des membres soient des femmes avant 2030, afin de renforcer la représentation des femmes dans les sphères décisionnelles. La transparence des rémunérations est également une des préoccupations, avec une directive adoptée en 2023 pour combattre l’écart salarial en rendant obligatoire la divulgation des informations sur les rémunérations[7]European Union. (2022). Directive (EU) 2022/2381 of the European Parliament and of the Council of 13 December 2022 amending Directive 2010/31/EU on the energy performance of buildings and Directive … Continue reading

– Afin de répondre aux défis persistants des violences faites aux femmes, une autre directive a été établie définissant divers actes de violences, tels que les agressions physiques, psychologiques, les mutilations génitales et la cyberviolence, comme des infractions pénales. Toutefois, des questions demeurent quant à la reconnaissance du consentement dans les cas de viol[8]Council of the European Union. (2024, February 6). Violence against women: Council and European Parliament reach deal on EU law [Press release]. Council of the European Union. Retrieved June 18, … Continue reading

– En parallèle de ces mesures législatives, dans la sphère internationale, l’Union européenne s’engage activement dans l’initiative mondiale Spotlight avec l’ONU et le gouvernement du Mexique, mobilisant 500 millions d’euros pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes à l’échelle internationale[9]United Nations. (n.d.). L’Initiative Spotlight. United Nations. Retrieved July 3, 2024, from https://www.un.org/fr/spotlight-initiative/[10]European External Action Service. (n.d.). EU priorities at the United Nations. Retrieved June 18, 2024, from https://www.eeas.europa.eu/eeas/eu-priorities-united-nations_en

– Un cadre stratégique crée renforce soutient une série de feuilles de route pour promouvoir l’égalité, y compris le plan d’action pour l’égalité de genre et la stratégie en faveur de l’égalité des personnes LGBTI+[11]European Commission. (2024). Gender equality strategy. Retrieved June 18, 2024, from … Continue reading.

– La nomination récente de la première commissaire européenne chargée de l’égalité des genres, Helena Dalli, souligne l’importance accordée à ces efforts pour transformer les politiques et les pratiques afin d’assurer une véritable égalité de genre au sein de l’UE[12]European Commission. (2019). Helena Dalli. Retrieved June 18, 2024, from https://commissioners.ec.europa.eu/helena-dalli_en.

En ce qui concerne les avancées de la participation de femmes au sein de l’UE, il est important de souligner le fait que onze États membres de l’Union européenne, à savoir la Belgique, la Croatie, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, la Pologne, le Portugal, la Roumanie et la Slovénie, ont mis en place des politiques de quotas contraignants pour assurer la représentation des femmes dans les listes de candidat·es aux élections européennes. Ces politiques comprennent des mesures qui imposent des sanctions en cas de non-respect des quotas préétablis[13]Kroet, C. (2024, June 5). European Women’s Lobby fears men to dominate parliament if far-right surges. Euronews. … Continue reading. Selon la Commission européenne, la disparité entre les genres est deux fois plus significative dans les pays qui n’ont pas mis en place de mesures relevantes par rapport à ceux qui ont introduit des quotas[14]European Commission. (2022, October 6). A new path towards gender equality: Commission proposes measures to address gender pay gap and gender balance in company boards [Press release]. European … Continue reading

L’aperçu social et politique la dimension de genre dans l’UE au cours des dernières années 

Il est indéniable que des progrès sociaux et institutionnels ont été réalisés sur les questions de genre dans l’UE, à la fois en tant qu’institution et dans les pays membres. Ces dernières années, quelques événements notables ont marqué l’UE et méritent d’être soulignés.  Un développement clé réside dans la récente constitutionnalisation de l’IVG en France, intégrant ce droit dans la Charte des droits fondamentaux pour renforcer les protections légales et constitutionnelles des droits sexuels et reproductifs des femmes[15]Vie Publique. (2024). Liberté de recours à l’IVG dans la Constitution : la loi du 8 mars 2024. Retrieved June 18, 2024, from … Continue reading. En matière de droits et de santé sexuels et reproductifs, l’UE met en œuvre diverses mesures pour combattre les discriminations et protéger ces droits à travers ses politiques et législations. Cela est particulièrement vrai pour la population LGBTI+, comme en témoigne la stratégie en faveur de l’égalité des personnes LGBTIQ 2020-2025[16]European Commission. (2020). Stratégie en faveur de l’égalité des personnes LGBTIQ 2020-2025. European Commission

Sur la scène internationale, la diplomatie féministe menée par des pays tels que l’Espagne, l’Allemagne et la France influence les politiques d’aide au développement de l’UE, en les orientant vers des initiatives visant à promouvoir l’égalité des genres et à soutenir les droits des femmes à travers le monde[17]Lucie Coquisart, Nina Nerva, Déborah Rouach dir., (01.03.2024), « Espagne, France et Italie, quels engagements pour promouvoir le féminisme dans leur politique étrangère ? », Institut du Genre … Continue reading. En ce qui concerne la mobilisation de la société civile, les organisations féministes européennes, telles que #myvoicemychoice, jouent un rôle fondamental en mettant en avant l’intersectionnalité dans leurs actions, soulignant l’importance de tenir en compte des multiples dimensions de l’identité et de l’oppression dans la lutte pour l’égalité des genres[18]My Voice My Choice. (n.d.). Retrieved June 18, 2024, from https://www.myvoice-mychoice.org. Ces initiatives montrent un engagement renforcé au sein de l’UE et des États membres pour promouvoir l’égalité des genres, défendre les droits des femmes et combattre toutes les formes de discrimination basées sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et d’autres domaines de marginalisation. L’approche combinée de politiques législatives, de diplomatie proactive et de collaboration avec la société civile témoigne d’une volonté collective d’instaurer un environnement plus équitable et inclusif en Europe.

Cependant, les femmes et les personnes LGBTI+ européennes sont toujours confrontées à des revers en termes de violence et de discrimination. Surtout après la pandémie de COVID-19, la situation de violence et de harcèlement s’est aggravée dans le continent. Dans les périodes de confinement liées à la pandémie, une femme sur trois a été victime d’une forme de violence sexuelle ou physique, avec une nette augmentation des cas de violences domestiques en Europe[19]Euronews. (2024, 4 juin). What do European elections mean for gender equality? Euronews. https://www.euronews.com/my-europe/2024/06/04/what-do-european-elections-mean-for-gender-equality. Dans l’UE, “entre 45 % et 55 % des femmes de l’UE ont été victimes de harcèlement sexuel, 43 % des femmes de l’UE ont subi une forme de violence psychologique de la part d’un partenaire intime, 22 % de toutes les femmes qui ont (eu) un partenaire ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire, 31 % des femmes ont subi un ou plusieurs actes de violence physique et 5 % ont été violées dans les pays de l’UE, le tout depuis l’âge de 15 ans[20]European Commission. (n.d.). What is gender-based violence? European Commission. Retrieved June 19, 2024, from … Continue reading”.  

En outre, l’augmentation des discours attaquant les femmes, les personnes LGBTI+ et leurs droits est alarmante, les dirigeant·es européen·nes essayant de reproduire leurs politiques conservatrices nationales au niveau européen. En d’autres termes, au-delà de ses implications internes, l’internationalisation de l’extrême droite devient une composante de l’identité européenne, influençant non seulement les traditions, les langues et même l’apparence physique perçue comme européenne, mais aussi définissant des normes par opposition à ce qui est considéré comme “non européen”. Cette dynamique a un impact social et sur le genre à une échelle plus vaste, remettant en question les avancées et les protections existantes. Il est important de souligner la position de certains pays, dont les mesures représentent un pas en arrière, afin d’analyser cette internationalisation. 

Au sein de l’UE, les attaques contre l’égalité des genres se manifestent par des votes contre toute avancée ou reconnaissance des droits. Selon un rapport de l’agence des droits de l’Union européenne, la violence et le harcèlement à l’encontre des personnes LGBTI+ dans les 27 pays membres de l’UE, ainsi que l’Albanie, la Macédoine du nord et la Serbie, en Europe ont atteint des chiffres étonnamment élevés en 2024 par rapport aux années précédentes. Une enquête menée auprès de 100 000 personnes de la communauté LGBTI+ à travers de ces pays a révélé que 14 % des répondants avaient été victimes de violences physiques et/ou sexuelles entre 2017 et 2023, ce qui représente une augmentation de 3 % par rapport à l’enquête de 2019. De même, lorsqu’il s’agit d’enfants LGBTI+, en particulier dans le contexte scolaire de l’UE, “le harcèlement motivé par la haine touche désormais plus d’une personne LGBTI+ sur deux, contre une sur trois en 2019[21]Euractiv. (2023, June 15). Anti-LGBTQ+ violence hits new high: EU report. Retrieved July 4, 2024, from … Continue reading”. Cette réalité se reflète dans certains pays, notamment les plus conservateurs[22]European Union Agency for Fundamental Rights. (2024). LGBTIQ at the crossroads: Progress and challenges. Retrieved July 4, 2024, from … Continue reading. Par exemple, la Hongrie et la Pologne n’ont pas appliqué la stratégie en faveur de l’égalité des personnes LGBTI+[23]European Parliament. (2024). Rapport d’initiative sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne – Stratégie de l’Union en matière … Continue reading. Ces pays établissent également des alliances et des financements avec des organisations de la société civile, des think tanks, des groupes religieux et des personnalités politiques non-partisanes ouvertement anti-droits[24]European Parliament. (2024). Rapport d’initiative sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne – Stratégie de l’Union en matière … Continue reading

En matière de droits des femmes, dans le cas de la Hongrie, le gouvernement de Viktor Orbán a instauré une mesure obligeant les femmes enceintes à écouter les battements de cœur de leur fœtus avant de pouvoir procéder à un avortement, un droit déjà difficile d’accès et quasiment interdit dans le pays[25]The Guardian. (2022, September 13). Hungary tightens abortion access with ‘listen to foetal heartbeat’ rule. The Guardian. … Continue reading. En Italie, le gouvernement de coalition de droite a été critiqué pour son manque de protection des femmes, ayant réduit le financement des programmes de lutte contre la violence sexiste. Plus précisément à Milan, le gouvernement a arrêté de reconnaître les enfants des couples homosexuels[26]Vanity Fair. (2023, 19 mars). Milano, il prefetto ferma il riconoscimento dei figli delle coppie LGBTQI+. Vanity Fair Italia. … Continue reading. En Espagne, le parti d’extrême droite Vox, qui a réussi  impliqué dans plusieurs gouvernements de coalition au niveau local et régional, a entrepris de démanteler les départements dédiés à la promotion de l’égalité et, dans certains cas, d’éliminer toute mention de la violence sexiste ou des droits des personnes LGBTI+[27]Lemery, F. (2024, 5 juin). Women’s rights in peril if far-right surges in EU election, activists say. Politico. … Continue reading. En Allemagne, la loi d’auto-détermination (Selbstbestimmungsgesetz), qui permettrait aux personnes trans, intersexes et non binaires de changer légalement de sexe, a suscité des débats intenses, alimentés par des discours haineux et de la désinformation provenant de l’extrême droite et de groupes conservateurs cherchant à exploiter cette question pour promouvoir leurs propres agendas[28]Deutsche Welle (DW). (2023, 13 novembre). Germany’s trans community battles right-wing falsehoods. Deutsche Welle. … Continue reading. Ces exemples illustrent la façon dont l’extrême droite devient un danger pour les droits des femmes et des minorités sexuelles au sein de l’Union européenne. 

Au-delà des sphères nationales, en ce qui concerne l’UE elle-même, après les élections de juin, seuls quatre États membres comptent au moins 50 % de femmes députées au Parlement européen : le Luxembourg, la Finlande, la Suède et l’Espagne. On observe une diminution de la participation des femmes entre 2022 et 2024, car il y a deux ans, six pays de l’UE affichaient ce pourcentage, à savoir le Danemark, la Slovénie, le Luxembourg, la Suède, la Finlande et la Lettonie[29]Parlement européen. (2024). Facts and Figures: Current term (9th). Parlement européen. https://facts-and-figures.europarl.europa.eu/snapshot/term-9/current. De plus, dans des commissions telles que la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres au Parlement européen, la majorité des membres sont des femmes. Cependant, dans des commissions plus influentes comme celles des affaires étrangères ou des affaires juridiques, les hommes sont plus nombreux, ce qui réduit la représentation et l’influence des femmes en politique[30]Euronews. (2024, 5 juin). European Women’s Lobby fears men to dominate parliament if far-right surges. Euronews. … Continue reading. De cette manière, les femmes se retrouvent souvent cantonnées à des espaces perçus comme “féminins”, sans avoir une participation effective à la prise de décision effective. En outre, parmi les neuf groupes politiques représentés au Parlement européen, seuls deux – la Gauche européenne et les Verts européens – ont montré un intérêt pour les questions d’égalité entre les femmes et les hommes, intégrant une analyse de genre dans leur processus décisionnel[31]The Good Lobby. (2024). Do Europarties care about gender equality? The Good Lobby. Retrieved June 19, 2024, from https://www.thegoodlobby.eu/do-europarties-care-about-gender-equality/.

Ces revers se reflètent également dans la sphère institutionnelle de l’UE, qui n’a pas honoré ses engagements féministes en matière d’aide publique au développement (APD). Actuellement, seulement 49 % de l’APD européenne est destinée à la lutte contre les inégalités de genre à l’échelle mondiale, ce chiffre étant bien en deçà de l’engagement fixé à 85 % dans le troisième plan d’action sur l’égalité de genre de 2020[32]Oxfam France. (2024). Les récents progrès de l’Europe en matière d’égalité de genre sont menacés par l’extrême droite, alerte Oxfam en amont des élections européennes. … Continue reading. L’UE n’a pas réussi à intégrer l’égalité de genre dans toutes ses politiques, malgré ses promesses en ce sens, comme le Pacte Vert[33]Climate Chance. (2022). Table ronde « Genre et Climat » – Compte-rendu. Climate Chance. Retrieved June 19, 2024, from … Continue reading et l’IA Act. 

De plus, en février 2024, un virage conservateur au sein de l’Union européenne et de certains de ses États membres a été marqué par le rejet de la notion de consentement dans la définition du viol, une avancée juridique cruciale pour traiter les violences de genre. Cette notion fondamentale n’a pas été intégrée dans la directive contre les violences faites aux femmes, entraînant l’absence d’une définition commune du crime de viol dans la toute première loi de l’UE visant à combattre ces violences. Initialement proposé par la Commission européenne en mars 2022, le projet de loi définissait le viol comme tout acte sexuel sans consentement, sans que les victimes aient besoin de prouver l’usage de la force, de menaces ou de coercition. Cependant, après des mois de négociations difficiles, 14 États membres, y compris des pays de l’Est comme la Bulgarie, la Hongrie et la République tchèque, ainsi que des pays considérés comme progressistes comme l’Allemagne, la France et les Pays-Bas ont persisté à bloquer l’adoption d’une définition basée sur le consentement[34]Euronews. (2024, 7 février). EU agrees first-ever law on violence against women but rape is not included. Euronews. … Continue reading.

En outre, l’utilisation des personnes immigrées et migrantes comme boucs émissaires par l’extrême droite, en particulier après l’augmentation exponentielle du nombre d’immigrés en Europe depuis 2015, amplifie les discours préjudiciables et déshumanisants sur la migration se sont largement répandus au sein des mouvements politiques, des médias et d’autres formes de débats publics au sein de l’UE[35]Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights. (n.d.). Reframing narratives on migration. OHCHR. https://www.ohchr.org/en/migration/reframing-narratives-migration. Les femmes migrantes sont particulièrement vulnérables aux violences physiques, mais celles sans statut légal le sont encore plus, car leur situation les empêche d’accéder à la justice. Leur statut les place dans une position où elles ne peuvent pas demander d’aide à la police, aux hôpitaux ou aux centres d’accueil, ce qui est exploité par leurs agresseurs[36]Lombardo, E., & Rolandsen Agustín, L. (2016). Intersectionality in European Union policymaking: the case of gender-based violence. Politics, 36(4), 364-373. Malgré l’approbation par le Conseil de l’UE en avril 2024 de la première législation européenne contre les violences envers les femmes et les violences doméstiques, sous forme de directive, l’accord final ne garantit pas que les femmes migrantes sans papiers pourront porter plainte sans risquer d’être expulsées[37]Euractiv. (2024, 9 février). No protections for undocumented women in EU directive on gender violence. Euractiv. … Continue reading[38]Vie Publique. (2024). Une directive européenne pour lutter contre les violences aux femmes. Retrieved July 4, 2024, from … Continue reading. En termes de violence, en France, par example, une récente étude ménée par les docteures Marion Landrin et Rachel Cohen-Boulakia a révélé que les femmes migrantes sont neuf fois plus exposées à la violence sexuelle et dix-huit fois plus susceptibles d’être victimes de violences sexuelles[39]Marion Landrin, Rachel Cohen-Boulakia. Incidence des Violences Sexuelles subies en France au cours des douze derniers mois par les femmes en procédure de demande d’asile. Sciences du Vivant … Continue reading

Défis concrets à venir en termes de genre post-élections européennes 2024 

Parmi les nombreux défis posés par l’extrême droite aujourd’hui, il est important de souligner que les partis traditionnels d’extrême droite au sein de l’UE collaborent avec des réseaux comme Agenda Europe, créé en 2013. Cette coordination regroupe plus de 100 à 150 militant·es conservateurs·trice, dont des leaders politiques et élu·es, ainsi qu’au moins 50 organisations conservatrices de 30 pays européens[40]Il presunto manifesto del Congresso delle famiglie di Verona ». Open (in Italian). 19 March 2019. Retrieved 19 June 2024. Ce mouvement se base sur le concept de « loi naturelle », qui forme le cadre normatif de lutte contre les droits et la santé sexuels et reproductifs (DSSR). Les membres de ce réseau influencent l’opinion publique et les législations pour lutter contre l’IVG, les DSSR et le mariage pour tous[41]“Ristabilire l’Ordine Naturale », cosa sappiamo del documento che punta a togliere libertà a donne e Lgbtq+ ». Open (in Italian). 23 March 2019. Retrieved 19 June 2024.

Parmi ces acteurs, il existe le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), une organisation chrétienne anti-avortement active auprès des instances européennes et de l’ONU. Son directeur, Grégor Puppinck, avait envoyé à des député·es un fœtus en plastique pour lutter contre la loi de 2022 qui a étendu le délai de l’IVG de 12 à 14 semaines[42]European Centre for Law and Justice. (n.d.). Abortion. Retrieved June 19, 2024, from https://eclj.org/abortion. D’autres organisations comme Ordo Iuris, bien implantée à Bruxelles, mènent des actions contre l’avortement et promeuvent des « zones sans LGBT[43]Rue89 Strasbourg. (2022). ECLJ : le lobby anti-avortement chrétien à Strasbourg. Retrieved June 19, 2024, from … Continue reading ». Leur lobbying a contribué à la suppression de la mention de l’égalité des sexes de la déclaration du sommet social de l’UE à Porto. De plus, il est possible, d’observer aussi un changement de vocabulaire et de sémantique, par exemple, la transformation des discours “contre l’IVG” en discours “pour la vie” ou l’opposition au mariage de même sexe en narratif “pour la famille » de la part de politicien·nes conservateur·ices au sein de l’UE. De plus, les discours de haine gagnent en visibilité dans les médias, renforçant les stéréotypes et les préjugés. 

Les résultats des élections européennes de 2024 sont préoccupants, une fois que l’extrême droite gagne en influence en s’opposant à la préservation du droit à l’avortement et à la défense des droits fondamentaux des personnes LGBTI+, en particulier des personnes transgenres, qui sont la cible principale des mouvements anti-genre dans l’Union européenne. En 2024, 57 % de cette communauté fait face à la discrimination, une augmentation de 9 % par rapport à 2019[44]European Commission. (2024). Eurobarometer survey 97.3. https://europa.eu/eurobarometer/surveys/detail/2972[45]Commission européenne. (2019). Infographics 2019: LGBTI [PDF]. https://commission.europa.eu/document/download/013fe693-04f6-496e-8821-2c06a39155e3_en?filename=infographics_2019_lgbti_final.pdf. Les crises actuelles et les dynamiques politiques mettent en lumière la vulnérabilité des droits acquis par les femmes et les minorités, soulignant ainsi la nécessité d’une vigilance continue et d’actions coordonnées pour préserver et renforcer ces droits au sein de l’UE. La montée des discours anti-genre et les alliances de l’extrême droite représentent des défis importants à relever pour garantir l’égalité et la protection des droits fondamentaux. 

À cet égard,  certaines recommandations deviennent nécessaires : 

– Garantir la protection des droits fondamentaux au sein de l’UE en s’assurant que les instances européennes et les représentant·es politiques respectent ce principe fondateur et s’érigent contre toute menace. Cela nécessite une vigilance constante pour identifier et dénoncer les violations des droits, ainsi qu’une coopération active entre les institutions européennes, les États membres et la société civile. Les instances européennes doivent adopter des politiques et des législations robustes qui protègent les droits humains et veillent à leur mise en œuvre effective. La formation continue des représentant·es politiques et des fonctionnaires sur les enjeux des droits humains, ainsi que la promotion de la transparence et de la responsabilité dans la gouvernance, sont essentielles pour s’assurer que les droits fondamentaux restent une priorité inaliénable dans l’agenda européen. Pour garantir l’accès à des services de santé sexuelle et reproductive sûrs et légaux et lutter contre toutes les formes de discrimination, il est indispensable de renforcer les infrastructures de santé et de former les professionnels pour assurer des soins de qualité. Enfin, la mobilisation active de la société civile et la participation citoyenne dans la politique du continent sont nécessaires pour créer un environnement plus inclusif et respectueux des droits au sein de l’UE.

– Mettre en place des mécanismes de surveillance au sein de l’UE pour détecter et répondre aux discours de haine, en particulier ceux qui visent les femmes, les personnes LGBTI+, et les migrant·es. Cela peut inclure des partenariats avec les médias pour promouvoir un narratif positif et pour encourager une couverture médiatique équilibrée et non stigmatisante. Il est également fondamental de sensibiliser les journalistes et les professionnel·les des médias à l’impact de leur couverture sur la perception publique et les droits des groupes marginalisés. Parallèlement, les campagnes médiatiques doivent diversifier leurs plateformes pour atteindre un large éventail d’audiences, en utilisant des médias traditionnels et en explorant les nouveaux canaux médiatiques, tels que les partenariats avec les influenceurs numériques. Elles peuvent inclure des messages éducatifs et positifs pour contrer les stéréotypes et encourager l’inclusion.

– Renforcer les alliances entre les organisations de défense des droits humains, les groupes féministes et les mouvements LGBTI+ est essentiel pour contrer efficacement les attaques contre les droits fondamentaux au sein de l’UE. Ces alliances permettent de mutualiser les ressources, d’élargir la portée des campagnes et de renforcer la résilience face aux pressions politiques et sociales. Ces coalitions peuvent organiser des actions communes, des événements de sensibilisation et des campagnes de plaidoyer à travers l’UE, renforçant ainsi leur capacité collective à influencer les politiques et à promouvoir une législation respectueuse des droits. Parallèlement, soutenir financièrement et techniquement les organisations de la société civile, comme les think tanks, les ONG, et les instituts de recherche, est indispensable. Cela implique de leur accorder des subventions pour des projets spécifiques, de leur fournir des formations sur les droits humains et les mécanismes de médiation, ainsi que d’établir des partenariats stratégiques pour accroître leur influence dans les débats nationaux et régionaux. 

– Mener des campagnes de sensibilisation ciblées pour éduquer le public sur les défis spécifiques auxquels font face ces communautés et pour encourager un soutien accru à leurs droits fondamentaux. Une approche clé consiste à intégrer des programmes éducatifs complets sur les questions de genre, de droits humains et d’approche humaine vis-à-vis de la sécurité et des migrations dans les programmes scolaires à tous les niveaux. En commençant dès l’éducation primaire, ces initiatives visent à sensibiliser les jeunes de manière proactive, à promouvoir la compréhension mutuelle et à prévenir les attitudes discriminatoires dès le plus jeune âge. En renforçant ces efforts, il est possible de créer un environnement où les droits des femmes et des personnes LGBTI+ sont respectés et soutenus à travers toute l’UE.

Faire face à l’avenir : la nécessité d’intégrer la dimension de genre au sein de l’UE

L’ensemble du dossier met en évidence la complexité des questions de genre au sein de l’Union européenne, surtout à une période marquée par une polarisation politique croissante et inédite. L’ascension de l’extrême droite, avec une augmentation significative de ses représentations politiques, ainsi que les régressions observées dans les droits des femmes et des personnes LGBTI+ dans certains pays européens, sont des signaux inquiétants. Ces développements soulignent la nécessité pressante de prendre des mesures pour contrer cette tendance alarmante. 

Face à cette réalité préoccupante, il est essentiel que l’Union européenne intensifie ses efforts pour promouvoir et protéger les droits de toutes les personnes, indépendamment de leur genre ou de leur orientation sexuelle. Cela implique non seulement la défense des droits existants, mais aussi la lutte contre toute forme de discrimination et la promotion de politiques inclusives et équitables à tous les niveaux de la société européenne.

Pour citer cet article: Sofia Rocco Stainsack Rocha, “L’ascension de l’extrême droite aux élections européennes de 2024 : conséquences sur le genre en Europe (2/2)”, 08.07.2024, Institut du Genre en Géopolitique, igg-geo.org/?p=19937 

References

References
1, 4, 5, 11 European Commission. (2024). Gender equality strategy. Retrieved June 18, 2024, from https://ec.europa.eu/strategy-and-policy/policies/justice-and-fundamental-rights/gender-equality/gender-equality-strategy_en
2 Vie Publique. (n.d.). Droits des femmes : Adhésion de l’UE à la Convention d’Istanbul. Retrieved July 4, 2024, from https://www.vie-publique.fr/en-bref/289735-droits-des-femmes-adhesion-de-lue-la-convention-distanbul
3 Council of Europe. (n.d.). Convention d’Istanbul. Retrieved June 18, 2024, from https://www.coe.int/fr/web/istanbul-convention
6 European Commission. (2019). European Commission – Policies, information and services – European Commission. Retrieved June 18, 2024, from https://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=en&catId=89&newsId=9438&furtherNews=yes
7 European Union. (2022). Directive (EU) 2022/2381 of the European Parliament and of the Council of 13 December 2022 amending Directive 2010/31/EU on the energy performance of buildings and Directive 2012/27/EU on energy efficiency (Text with EEA relevance). Official Journal of the European Union. Retrieved June 18, 2024, from https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/PDF/?uri=CELEX:32022L2381
8 Council of the European Union. (2024, February 6). Violence against women: Council and European Parliament reach deal on EU law [Press release]. Council of the European Union. Retrieved June 18, 2024, from https://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2024/02/06/violence-against-women-council-and-european-parliament-reach-deal-on-eu-law
9 United Nations. (n.d.). L’Initiative Spotlight. United Nations. Retrieved July 3, 2024, from https://www.un.org/fr/spotlight-initiative/
10 European External Action Service. (n.d.). EU priorities at the United Nations. Retrieved June 18, 2024, from https://www.eeas.europa.eu/eeas/eu-priorities-united-nations_en
12 European Commission. (2019). Helena Dalli. Retrieved June 18, 2024, from https://commissioners.ec.europa.eu/helena-dalli_en
13 Kroet, C. (2024, June 5). European Women’s Lobby fears men to dominate parliament if far-right surges. Euronews. https://www.euronews.com/my-europe/2024/06/05/european-womens-lobby-fears-men-to-dominate-parliament-if-far-right-surges
14 European Commission. (2022, October 6). A new path towards gender equality: Commission proposes measures to address gender pay gap and gender balance in company boards [Press release]. European Commission – Press corner. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/cs/ip_22_3478
15 Vie Publique. (2024). Liberté de recours à l’IVG dans la Constitution : la loi du 8 mars 2024. Retrieved June 18, 2024, from https://www.vie-publique.fr/loi/292357-liberte-recours-ivg-dans-la-constitution-avortement-loi-du-8-mars-2024
16 European Commission. (2020). Stratégie en faveur de l’égalité des personnes LGBTIQ 2020-2025. European Commission
17 Lucie Coquisart, Nina Nerva, Déborah Rouach dir., (01.03.2024), « Espagne, France et Italie, quels engagements pour promouvoir le féminisme dans leur politique étrangère ? », Institut du Genre en Géopolitique, https://igg-geo.org/?p=18395
18 My Voice My Choice. (n.d.). Retrieved June 18, 2024, from https://www.myvoice-mychoice.org
19 Euronews. (2024, 4 juin). What do European elections mean for gender equality? Euronews. https://www.euronews.com/my-europe/2024/06/04/what-do-european-elections-mean-for-gender-equality
20 European Commission. (n.d.). What is gender-based violence? European Commission. Retrieved June 19, 2024, from https://commission.europa.eu/strategy-and-policy/policies/justice-and-fundamental-rights/gender-equality/gender-based-violence/what-gender-based-violence_en
21 Euractiv. (2023, June 15). Anti-LGBTQ+ violence hits new high: EU report. Retrieved July 4, 2024, from https://www.euractiv.com/section/non-discrimination/news/anti-lgbtq-violence-hits-new-high-eu-report
22 European Union Agency for Fundamental Rights. (2024). LGBTIQ at the crossroads: Progress and challenges. Retrieved July 4, 2024, from https://fra.europa.eu/en/publication/2024/lgbtiq-crossroads-progress-and-challenges
23, 24 European Parliament. (2024). Rapport d’initiative sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne – Stratégie de l’Union en matière d’égalité entre les femmes et les hommes après 2024 (A9-2024-0030). Retrieved June 19, 2024, from https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/A-9-2024-0030_FR.html
25 The Guardian. (2022, September 13). Hungary tightens abortion access with ‘listen to foetal heartbeat’ rule. The Guardian. https://www.theguardian.com/global-development/2022/sep/13/hungary-tightens-abortion-access-with-listen-to-foetal-heartbeat-rule
26 Vanity Fair. (2023, 19 mars). Milano, il prefetto ferma il riconoscimento dei figli delle coppie LGBTQI+. Vanity Fair Italia. https://www.vanityfair.it/article/milano-prefetto-stop-riconoscimento-figli-coppie-lgbtqi
27 Lemery, F. (2024, 5 juin). Women’s rights in peril if far-right surges in EU election, activists say. Politico. https://www.politico.eu/article/women-rights-peril-if-far-right-eu-election-surge-activists-say
28 Deutsche Welle (DW). (2023, 13 novembre). Germany’s trans community battles right-wing falsehoods. Deutsche Welle. https://www.dw.com/en/germanys-trans-community-battles-right-wing-falsehoods/a-68065874
29 Parlement européen. (2024). Facts and Figures: Current term (9th). Parlement européen. https://facts-and-figures.europarl.europa.eu/snapshot/term-9/current
30 Euronews. (2024, 5 juin). European Women’s Lobby fears men to dominate parliament if far-right surges. Euronews. https://www.euronews.com/my-europe/2024/06/05/european-womens-lobby-fears-men-to-dominate-parliament-if-far-right-surges
31 The Good Lobby. (2024). Do Europarties care about gender equality? The Good Lobby. Retrieved June 19, 2024, from https://www.thegoodlobby.eu/do-europarties-care-about-gender-equality/
32 Oxfam France. (2024). Les récents progrès de l’Europe en matière d’égalité de genre sont menacés par l’extrême droite, alerte Oxfam en amont des élections européennes. Oxfam France. Retrieved June 19, 2024, from https://www.oxfamfrance.org/communiques-de-presse/les-recents-progres-de-leurope-en-matiere-degalite-de-genre-sont-menaces-par-lextreme-droite-alerte-oxfam-en-amont-des-elections-europeennes/
33 Climate Chance. (2022). Table ronde « Genre et Climat » – Compte-rendu. Climate Chance. Retrieved June 19, 2024, from https://www.climate-chance.org/wp-content/uploads/2022/02/scce_tableronde_genre_cr_fr.pdf
34 Euronews. (2024, 7 février). EU agrees first-ever law on violence against women but rape is not included. Euronews. https://www.euronews.com/my-europe/2024/02/07/eu-agrees-first-ever-law-on-violence-against-women-but-rape-is-not-included
35 Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights. (n.d.). Reframing narratives on migration. OHCHR. https://www.ohchr.org/en/migration/reframing-narratives-migration
36 Lombardo, E., & Rolandsen Agustín, L. (2016). Intersectionality in European Union policymaking: the case of gender-based violence. Politics, 36(4), 364-373
37 Euractiv. (2024, 9 février). No protections for undocumented women in EU directive on gender violence. Euractiv. https://www.euractiv.com/section/migration/news/no-protections-for-undocumented-women-in-eu-directive-on-gender-violence
38 Vie Publique. (2024). Une directive européenne pour lutter contre les violences aux femmes. Retrieved July 4, 2024, from https://www.vie-publique.fr/en-bref/294123-une-directive-europeenne-pour-lutter-contre-les-violences-aux-femmes
39 Marion Landrin, Rachel Cohen-Boulakia. Incidence des Violences Sexuelles subies en France au cours des douze derniers mois par les femmes en procédure de demande d’asile. Sciences du Vivant [q-bio]. 2022. ⟨dumas-03888711⟩
40 Il presunto manifesto del Congresso delle famiglie di Verona ». Open (in Italian). 19 March 2019. Retrieved 19 June 2024
41 “Ristabilire l’Ordine Naturale », cosa sappiamo del documento che punta a togliere libertà a donne e Lgbtq+ ». Open (in Italian). 23 March 2019. Retrieved 19 June 2024
42 European Centre for Law and Justice. (n.d.). Abortion. Retrieved June 19, 2024, from https://eclj.org/abortion
43 Rue89 Strasbourg. (2022). ECLJ : le lobby anti-avortement chrétien à Strasbourg. Retrieved June 19, 2024, from https://www.rue89strasbourg.com/eclj-lobby-anti-avortement-chretien-strasbourg-251942#:~:text=Depuis%20Strasbourg%2C%20le%20Centre%20europ%C3%A9en,Homme%20et%20des%20Nations%20unies
44 European Commission. (2024). Eurobarometer survey 97.3. https://europa.eu/eurobarometer/surveys/detail/2972
45 Commission européenne. (2019). Infographics 2019: LGBTI [PDF]. https://commission.europa.eu/document/download/013fe693-04f6-496e-8821-2c06a39155e3_en?filename=infographics_2019_lgbti_final.pdf