Quelle est la réalité de l’intégration des femmes dans l’armée israélienne ?

Temps de lecture : 12 minutes

Quelle est la réalité de l’intégration des femmes dans l’armée israélienne ?

11.12.2020
Emma Montron
Au travers des médias, qu’ils soient israéliens ou étrangers, l’armée israélienne est présentée comme une entité progressiste, dans laquelle les femmes ont toute leur place et ce, depuis longtemps. Deux ans après la création de l’État hébreu en 1947, la loi sur le service de défense de 1949 rend le service militaire obligatoire pour les femmes. Leur nombre au sein de cette institution n’a cessé de croitre puisqu’il est passé de 435 femmes dans les unités de combat en 2005 contre 2 656 femmes combattantes en 2017[1]Rouach Déborah, « L’instrumentalisation du genre dans le conflit israélo-palestinien (2000-2020) », sous la direction de Marie Cécile Naves, Iris Sup’, 2020.. Cependant, cette vision qu’a notamment l’Occident concernant la place des femmes au sein de Tsahal est relativement éloignée de ce qui est analysé comme une « inclusion excluante[2]terme employée par la conseillère du chef d’état-major sur les questions féminines : Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas … Continue reading ». Étudier l’institution militaire israélienne en appréhendant le genre comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir[3]Définition de Joan W. Scott : Scott Joan, Varikas Éléni. Genre : Une catégorie utile d’analyse historique. In: Les Cahiers du GRIF, n°37-38, 1988. Le genre de l’histoire. pp. 125-153. » pourra éclairer certains points concernant la réalité de cette intégration ainsi que les enjeux et les conséquences de cette dernière.
L’armée, lieu de fixation d’une dichotomie entre femmes et hommes 
L’armée de Défense israélienne ou Tsahal, qui regroupe l’infanterie, l’aviation et la marine, fut créée en mai 1948, juste après la création de l’État hébreu. La persistance du conflit israélo-palestinien favorise la centralité d’une institution comme l’armée. Bien que la durée[4] 2 ans et 8 mois pour les hommes contre 2 ans pour les femmes. du service militaire diffère selon le genre, il est autant une norme pour les femmes que pour les hommes. Ces dernières peuvent d’ailleurs être exemptées en cas de mariage, de grossesse ou pour des convictions religieuses. Le service militaire est considéré comme un passage à l’âge adulte, une sorte de « rite d’institution, qui sanctionne et consacre les différences de genre.[5]Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012. »
En effet, femmes et hommes n’ont pas la même expérience de leur service militaire et n’en retire pas les mêmes bénéfices. On aurait pu penser que la circonscription obligatoire des femmes permettrait de faire évoluer une perception traditionnelle d’assignation de rôles genrés. Toutefois en tant qu’organisation « sexuée à l’extrême[6]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. Chercheuse au Laboratoire … Continue reading », l’armée accentue la dichotomie existante entre femmes et hommes et la véhicule.
Ilaria Simonetti[7]Chercheuse au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS) de l’EHESS rappelle qu’une des missions de Tsahal, en dehors de la défense du territoire est « d’assurer un rôle éducatif et de socialisation auprès des jeunes recrues. L’armée israélienne tient jusqu’à ce jour un rôle central dans l’homogénéisation culturelle, la mise à niveau de l’instruction, l’intégration ethnique, l’apprentissage de l’hébreu et des valeurs de la nation.[8]Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012. » Elle explique d’ailleurs que même si les Israélien.ne.s eux.elles-mêmes considèrent ce service militaire comme une expérience qui endurcit, l’armée le présente littéralement comme un rite de passage, un rite de citoyenneté. La centralité de cette institution renforce encore davantage cette idée aux yeux des individus. Les jeunes qui accomplissent ce service militaire ont généralement entre 18 et 21 ans[9]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88., ce qui accentue la dimension initiatique et pédagogique. C’est à ce moment-là que la socialisation secondaire intervient. Elle correspond au moment où des sphères, autre que la sphère familiale, influencent et participent à la construction des perceptions, des représentations. L’esprit est davantage enclin à intégrer et s’approprier ce que l’institution valorisera.
Le service militaire est également présenté comme un vecteur d’intégration car il « permet aux immigrants et aux groupes minoritaires de se joindre au même rite de passage[10]traduit de l’anglais : « It is also a melting pot that allows immigrants and minority groups to join in the same rite of passage. », Abramson Larry, « Women In Combat: Some Lessons From … Continue reading. » Plus largement, il s’agit d’une opportunité pour ceux.elles qui le désirent et qui n’y sont pas obligés, d’intégrer une nation par le bais d’une expérience extrêmement valorisée par les Israélien.ne.s eux.elles-mêmes. C’est d’ailleurs ce qui motive certaines jeunes femmes qui arrivent sur le sol hébreu après leur majorité. Les trois mois d’apprentissage intensif de l’hébreu permettent d’aller sur le terrain avec suffisamment de bases pour se débrouiller.  Ce qui ressort de cette expérience, c’est l’idée que les membres de ces unités se considèrent davantage comme des « frères et sœurs d’armes » que des individus de sexe opposé. Il faut cependant garder à l’esprit que l’expérience du service militaire pour un.e individu natif.ve d’Israel est différente de celle d’un.e non-natif.ve. Les jeunes femmes, non-natif.ve.s d’Israël, qui s’engagent pendant trois ans aux cotés des recrues masculines ne représentent que 5%[11]traduit de l’anglais : « It is also a melting pot that allows immigrants and minority groups to join in the same rite of passage. », Abramson Larry, « Women In Combat: Some Lessons From … Continue reading. Qu’en est-il du reste des soldates israéliennes ?
La répartition genrée des tâches au sein de l’armée


La différenciation des tâches entre femmes et hommes dans un même domaine ou au sein d’une même institution est un élément visible, notamment au sein de l’armée israélienne. La dichotomie observée entre les tâches confiées aux femmes et celles confiées aux hommes correspond à une autre dichotomie : celle entre tâches administratives et actions directes sur le terrain. La plupart des femmes ne sont pas à des postes de combat : « Alors que 92% des emplois de l’IDF[12]l’armée de défense israélienne ou Tsahal sont ouverts aux femmes, seuls 3% des femmes occupent de telles positions[13]Brandy Grégor, « Notre vision de la place des femmes dans l’armée israélienne n’est pas la bonne », Slate, 19 mai 2014.. » De manière plus concrète, si l’on se concentre sur la profession de secrétaire, profession majoritairement féminine[14]« Le groupe des employés constitue sans nul doute le meilleur exemple de cette différence de représentation des professions féminines et masculines : d’un côté, les deux professions les plus … Continue reading, le constat au sein de l’armée vient illustrer cette répartition genrée. Jusqu’au milieu des années 1990, il existait une stricte division du travail ; « au moins 40 % d’entre elles étaient affectées à des emplois de bureau et de soutien[15]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. ».
Les chercheuses Orna Sasson-Levy et Edna Lomsky-Feder précisaient dans un article que « 71% des postes de secrétaires étaient encore occupés par des femmes en 2009[16]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. », tout en ajoutant qu’elles étaient « absentes du véritable noyau dur ; infanterie, chars, unités de reconnaissance[17]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88.. » Une expression semble bien caractériser cette situation, celle « d’étrangère du dedans[18]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. ». Il ne suffit pas d’intégrer l’armée pour bénéficier des mêmes devoirs, et en particulier des mêmes droits. La conscription obligatoire permet aux femmes d’intégrer l’institution mais elles seront néanmoins marginalisées. Elles se verront reléguées aux emplois traditionnellement perçus, même à l’extérieur, comme féminin. Le fait d’incarner la masculinité par excellence exacerbe la différenciation genrée qui existe déjà au sein de la société et que l’on retrouve également dans l’armée. Cette dernière n’est pas « la seule institution qui force à la socialisation des rôles de genre[19]Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.. »
La mixité est également un point à considérer dans cette analyse. Un article de novembre 2019 mentionnait les « quelques 1000 femmes[20]Ari Gross Judah, « Le chef de Tsahal dénonce la ségrégation des sexes dans le service militaire », The Times of Israel, 1er novembre 2019 » qui avaient intégrées les unités combattantes de Tsahal, en parlant d’un nombre record. Ces soldates ont donc intégré des unités mixtes mais il n’en a pas toujours été ainsi. Le 8 septembre 1949 est crée le Hen(abréviation de Heil Nashim, en hébreu “corps féminin”)), une unité à part qui a pour mission d’entrainer et d’instruire les recrues féminines, en prêtant attention à leurs besoins spécifiques. Il faut attendre 2001 et la pression d’associations féministes pour que le Hen soit supprimé et que les femmes intègrent le même parcours que les autres soldats au sein de Tsahal. Encore aujourd’hui, leur intégration en tant qu’égales des hommes est sujette à des controverses et des procédures complexes. En janvier 2020, un officier témoignait à propos du programme-pilote censé « déterminer l’aptitude des recrues femmes à servir dans les unités de blindés[21]Times of Israel staff, « Les données du programme pour les femmes dans les blindés auraient été changées », The Times of Israel, 10 janvier 2020 ». Il déclarait que les données de leurs performances avaient été modifiées de manière que les résultats leur soient défavorables. On accepte donc que des femmes soient instructrices dans les unités de tank au cours des exercices mais pas qu’elles fassent partie des équipes sur le terrain. Force est de constater que chaque avancée en faveur des femmes résulte d’âpres négociations, de batailles juridiques comme l’affaire « Alice Miller » que nous évoquerons ensuite, et ce encore aujourd’hui. Il s’agit uniquement d’accéder à des droits, des privilèges jusque-là réservés à une partie de la société : les hommes.
La valeur de l’intégration au sein de l’armée diffère avec le genre


Le service militaire peut être présenté de différentes manières et ainsi avoir des significations diverses. Si l’on part de l’idée que l’armée a besoin de main d’œuvre notamment pour surveiller les frontières, les femmes ont donc été amenées à participer à un effort national par besoin : « Une décision, pour le gouvernement, en apparence presque naturelle, si l’on considère le manque d’hommes disponibles pour défendre ses frontières, et étant donné la participation active, depuis le début du XXe siècle, de femmes aux groupes militaires sionistes comme Bar-Giora, Hashomer, Gedud Ha’avoda, Hj[22]Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.. » Dans cette perspective, l’intégration des femmes serait moins « le produit d’une bataille d’émancipation pour l’égalité des droits entre les genres[23]Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012. » qu’une nécessité de gonfler les rangs sur le plan numérique.
Ce n’est pas un hasard si les perspectives d’évolutions et de carrière pour les femmes différent largement de celles des hommes : les femmes doivent explicitement formuler la demande pour servir dans une unité combattante[24]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88., car prestigieuse, alors qu’un homme pourra y être affecté sans aucune discussion. Ceci n’est qu’un exemple du traitement différencié et nous avons déjà évoqué la répartition genrée des tâches entre hommes et femmes au sein de l’armée. Cependant, cette observation diffère de l’image qui est présentée dans les médias dans lesquels la féminisation de Tsahal est largement mise en avant.
L’armée est un cadre dans lequel les hommes sont amenés à faire carrière et ils sont avantagés rien qu’avec la différence de durée du service. En plus de cela, les femmes exécutent leur service militaire depuis 1949, mais il a fallu attendre 1995 et l’affaire « Alice Miller contre le Ministère de la Défense[25]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. » pour que celles-ci puissent accéder à l’école de pilotage. Un article[26] Sputnik, « Une féminisation de l’armée israélienne ? », Sputnik, 19 janvier 2018. datant de janvier 2018 mentionne la promotion de soldates à des postes jusque-là jamais occupés par des femmes : une femme devient commandante d’escadrille et une autre est promue lieutenant-colonelle. Ces informations confirment que la féminisation de l’armée, et particulièrement pour les postes les plus prestigieux, diffère de celle mise en avant dans les médias.
En plus d’accentuer la différentiation qui existe déjà au sein de la société israélienne, la valeur du service militaire diffère d’un sexe à l’autre. Un homme qui accomplit son service militaire, passe un rite « institutionnel » qui fait de lui un homme ainsi qu’un bon citoyen[27]Simonetti Ilatria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.. Il en va différemment pour les femmes. Ces dernières sont considérées comme de bonnes citoyennes en accomplissant leur devoir via la maternité. Cela est particulièrement prégnant en Israël où l’on incite les femmes à enfanter comme signe de participation à un effort national, étant donné la situation conflictuelle permanente de l’État. Si l’on en croit la chercheuse Ilaria Simonetti, « plusieurs études ont montré que malgré la présence féminine, l’armée reste en Israël le lieu de la masculinité, de la promotion des hommes, de l’exclusion des femmes, de la reproduction et du renforcement de la division entre les genres. Au cœur de ce scénario, on trouve un discours national qui valorise les hommes comme héros et les femmes comme des reproductrices de la Nation qu’il faut protéger[28]Simonetti Ilatria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.. »
Il n’est pas rare de ramener les femmes à leur rôle de mères lorsqu’il est question qu’elles soient actrices de la violence et non victimes. On peut remarquer ce procédé avec la façon dont les médias ont traité les soldates américaines, au cœur du scandale de la prison d’Abu Ghraib[29]« En avril 2004, le traitement des détenus à la prison d’Abu Ghraib, située à 20 km à l’ouest de Bagdad (Irak), choque le monde entier. Via des clichés pris en octobre, novembre et … Continue reading. Plutôt que de reconnaitre une femme coupable de violence, on lui trouve des excuses, des circonstances atténuantes et surtout on la réduit à ses rôles d’épouse et de mère.
On retrouve cette idée d’instinct de protection envers les femmes dans la pensée du colonel Patrick Destremau, directeur de l’institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et de l’enseignement militaire supérieur (EMS). Celui-ci précise que moins que le courage qui est autant présent chez les hommes que les femmes, il observe chez les soldats masculins un « réflexe instinctif de protection[30]« L’efficacité militaire : spécificités et paradoxes [1]. Entretien avec le colonel Patrick Destremau », Cahiers philosophiques, 2010/1 (N° 121), p. 109-122. » envers les femmes : « une des premières armées dans lesquelles ce constat a été fait est, de mémoire, l’armée israélienne qui avait des femmes en grand nombre dans ses unités de combat. Pour décider ensuite de ne plus mettre des femmes en première ligne[31]« L’efficacité militaire : spécificités et paradoxes [1]. Entretien avec le colonel Patrick Destremau », Cahiers philosophiques, 2010/1 (N° 121), p. 109-122.. » En plus de refléter la pensée de ceux qui entrainent les recrues au sein de l’armée, il semble qu’une femme est avant tout considérée comme victime de la violence plutôt qu’actrice. L’essentialisation du corps féminin est encore très ancrée, et particulièrement au sein de l’armée.
Conclusion
Cette analyse a permis de mettre en évidence un décalage entre la réalité présentée par les médias et celle proposée par des universitaires et analysée par le prisme du genre. De par l’importance qui lui est conférée et sa proximité avec le pouvoir politique, cette institution possède un véritable pouvoir d’influence sur les soldat.e.s qu’elle forme et par conséquent sur une part importante de la société. Des progrès ont été accomplis en faveur des recrues féminines non sans mal et sans longueur. L’intégration des femmes sur le papier est loin de refléter la réalité, comme nous avons pu le voir. Aujourd’hui encore, certaines se battent pour accéder à des bastions réservés à leurs homologues masculins. Le 27 novembre dernier paraissait un article[32]Kriegel Danièle, « Les Israéliennes veulent intégrer les commandos de Tsahal », Le Point, 27 novembre 2020. mentionnant quatre jeunes israéliennes exigeant devant la Haute de Cour de Justice de pouvoir se porter candidate pour intégrer les commandos d’élite, exclusivement masculin. Bien que les médias relatent chaque nouvelle promotion féminine comme une avancée pour les soldates israéliennes, leur réalité se traduit par le fait d’être encore des « étrangères du dedans[33]Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88.».
Bibliographie

Abramson Larry, « Women In Combat: Some Lessons From Israel’s Military », NPR, 19 mai 2013, url : https://text.npr.org/180045066.
Amossé Thomas, « Professions au féminin. Représentation statistique, construction sociale », Travail, genre et sociétés, 2004/1 (N° 11), p. 31-46. DOI : 10.3917/tgs.011.0031. URL : https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2004-1-page-31.htm
Ari Gross Judah, « Le chef de Tsahal dénonce la ségrégation des sexes dans le service militaire », The Times of Israel, 1er novembre 2019, url :https://fr.timesofisrael.com/le-chef-de-tsahal-denonce-la-segregation-des-sexes-dans-le-service-militaire/
Boehler Nathalie, « Etre femme et s’engager dans une unité combattante mixte en Israël », i24News, 08 mars 2016 à 14:37, url : https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/105419-160308-etre-femme-dans-une-unite-combattante-en-israel
Brandy Grégor, « Notre vision de la place des femmes dans l’armée israélienne n’est pas la bonne », Slate, 19 mai 2014, url : http://www.slate.fr/monde/87291/tsahal-femmes-israel-armee
Burbage Frank, « L’efficacité militaire : spécificités et paradoxes [1]. Entretien avec le colonel Patrick Destremau », Cahiers philosophiques, 2010/1 (N° 121), p. 109-122. DOI : 10.3917/caph.121.0109. URL : https://www.cairn.info/revue-cahiers-philosophiques1-2010-1-page-109.htm
Dr. GITTLEMAN Idit Shafran, « Women’s Service in the IDF: Between a ‘People’s Army’ and Gender Equality », The Israeli Democracy Institute, 10 novembre 2020, url : https://en.idi.org.il/articles/24554
Geneviève Pruvost, Profession : policier. Sexe : féminin. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme (coll. Ethnologie de la France), 2007, 307 pages.
Kriegel Danièle, « Les Israéliennes veulent intégrer les commandos de Tsahal », Le Point, 27 novembre 2020, url : https://www.lepoint.fr/monde/les-israeliennes-veulent-integrer-les-commandos-de-tsahal-27-11-2020-2402965_24.php
Loriol Marc, Boussard Valérie, Caroly Sandrine, « La résistance à la psychologisation des difficultés au travail. Le cas des policiers de voie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2006/5 (n° 165), p. 106-113. DOI : 10.3917/arss.165.0106. URL : https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2006-5-page-106.htm
Rouach Deborah, “L’instrumentalisation du genre dans le conflit israélo-palestinien (2000-2020) », sous la direction de Marie Cécile Naves, Iris Sup’, 2020.
Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. DOI : 10.3917/crii.060.0071. URL : https://www.cairn-int.info/revue-critique-internationale-2013-3-page-71.ht
Schmitt Amandine, « Torture, humiliations… Les photos qui ont révélé l’horreur d’Abou Ghraib », L’Obs,  25 aout 2016, url : https://www.nouvelobs.com/photo/20160825.OBS6879/torture-humiliations-les-photos-qui-ont-revele-l-horreur-d-abou-ghraib.html
Scott Joan, Varikas Éléni. « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique. » In: Les Cahiers du GRIF, n°37-38, 1988. Le genre de l’histoire. pp. 125-153. URL : www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1988_num_37_1_1759
Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 17 | 2006, mis en ligne le 06 mars 2012, Consulté le 22 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bcrfj/186)
Sputnik, « Une féminisation de l’armée israélienne ? », Sputnik, 19 janvier 2018, url : https://fr.sputniknews.com/international/201801191034799636-israel-armee-femmes/
Times of Israel staff, « Les données du programme pour les femmes dans les blindés auraient été changées », The Times of Israel, 10 janvier 2020, url ; https://fr.timesofisrael.com/les-donnees-du-programme-pour-les-femmes-dans-les-blindes-auraient-ete-changees/
[ Pour citer cet article : Emma MONTRON, “Quelle est la réalité de l’intégration des femmes dans l’armée israélienne ?”, 11.12.2020, Institut du Genre en Géopolitique. ]

References

References
1 Rouach Déborah, « L’instrumentalisation du genre dans le conflit israélo-palestinien (2000-2020) », sous la direction de Marie Cécile Naves, Iris Sup’, 2020.
2 terme employée par la conseillère du chef d’état-major sur les questions féminines : Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88.
3 Définition de Joan W. Scott : Scott Joan, Varikas Éléni. Genre : Une catégorie utile d’analyse historique. In: Les Cahiers du GRIF, n°37-38, 1988. Le genre de l’histoire. pp. 125-153.
4  2 ans et 8 mois pour les hommes contre 2 ans pour les femmes.
5, 8, 19, 22 Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.
6 Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88. Chercheuse au Laboratoire d’Anthropologie
7 Chercheuse au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS) de l’EHESS
9, 15, 16, 17, 18, 24, 25, 33 Sasson-Levy Orna, Lomsky-Feder Edna, « Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël », Critique internationale, 2013/3 (N° 60), p. 71-88.
10, 11 traduit de l’anglais : « It is also a melting pot that allows immigrants and minority groups to join in the same rite of passage. », Abramson Larry, « Women In Combat: Some Lessons From Israel’s Military », NPR, 19 mai 2013.
12 l’armée de défense israélienne ou Tsahal
13 Brandy Grégor, « Notre vision de la place des femmes dans l’armée israélienne n’est pas la bonne », Slate, 19 mai 2014.
14 « Le groupe des employés constitue sans nul doute le meilleur exemple de cette différence de représentation des professions féminines et masculines : d’un côté, les deux professions les plus féminines, celles de secrétaire et d’assistante maternelle (composées à 99% de femmes)… », Amossé Thomas, « Professions au féminin. Représentation statistique, construction sociale », Travail, genre et sociétés, 2004/1 (N° 11), p. 31-46.
20 Ari Gross Judah, « Le chef de Tsahal dénonce la ségrégation des sexes dans le service militaire », The Times of Israel, 1er novembre 2019
21 Times of Israel staff, « Les données du programme pour les femmes dans les blindés auraient été changées », The Times of Israel, 10 janvier 2020
23 Simonetti Ilaria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.
26  Sputnik, « Une féminisation de l’armée israélienne ? », Sputnik, 19 janvier 2018.
27 Simonetti Ilatria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.
28 Simonetti Ilatria, « Le service militaire et la condition des femmes en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2006, mis en ligne le 06 mars 2012.
29 « En avril 2004, le traitement des détenus à la prison d’Abu Ghraib, située à 20 km à l’ouest de Bagdad (Irak), choque le monde entier. Via des clichés pris en octobre, novembre et décembre 2003, on apprend que les prisonniers y sont physiquement et sexuellement abusés, torturés, violés et exécutés. » Une femme notamment figure sur ces clichés, Lynndie England. Schmitt Amandine, « Torture, humiliations… Les photos qui ont révélé l’horreur d’Abou Ghraib », L’Obs,  25 aout 2016.
30 « L’efficacité militaire : spécificités et paradoxes [1]. Entretien avec le colonel Patrick Destremau », Cahiers philosophiques, 2010/1 (N° 121), p. 109-122.
31 « L’efficacité militaire : spécificités et paradoxes [1]. Entretien avec le colonel Patrick Destremau », Cahiers philosophiques, 2010/1 (N° 121), p. 109-122.
32 Kriegel Danièle, « Les Israéliennes veulent intégrer les commandos de Tsahal », Le Point, 27 novembre 2020.