2/4 – L’impact de la Covid-19 sur le travail des femmes migrantes

09.08.2021

Cécile Guignard

Les populations vulnérables ont été particulièrement affectées  par la pandémie de Covid-19 et ses conséquences économiques et sociales. Si la situation spécifique des femmes durant la pandémie (prise en charge du travail reproductif, violences de genre…) ou celle des migrants (fermeture des services spécialisés, manque d’hygiène dans les camps) ont été étudiées, on peut déplorer le manque d’attention portée aux femmes migrantes, pourtant victimes de discriminations accrues. Cette deuxième partie s’attache à montrer en quoi les femmes migrantes ont été particulièrement touchées par la pandémie dans leur pratique professionnelle, formelle ou informelle, productive ou reproductive.

Remarque : L’ensemble de ce dossier a une visée volontairement descriptive et se concentre sur les difficultés que ces femmes rencontrent. Néanmoins, il convient de garder en tête leur agentivité : nombre de solutions ont été suggérées et mises en place, souvent par les femmes migrantes elles-mêmes, pour pallier ces difficultés1]On peut lire sur ce sujet : ONU Femmes, Addressing the Impacts of the Covid-19 Pandemic on Women Migrant Workers, 2020, URL.. Il faut également rappeler que derrière la catégorie « femmes migrantes » se trouvent une multitude de situations individuelles extrêmement diverses ; cette série d’articles se concentre sur les plus vulnérables.

Introduction

Selon l’Organisation Internationale du Travail, 42 % des travailleurs migrants sont des femmes2]RAKOTONARIVO, Andonirina, « Who are the women on the move? A portrait of female migrant workers », 18.12.2020, OIT, URL.. La palette de leurs activités professionnelles est large : travailleuses agricoles saisonnières, travailleuses pendulaires de part et d’autre de la Méditerranée ou d’un bout à l’autre de l’Europe, domestiques, gardes d’enfants, cheffes d’entreprise…3]MIRANDA, Adelina, « Les multiples situations migratoires féminines dans la Méditerranée », 2010, NAQD, n°28, pp. 21-34, URL. Elles sont plus de la moitié à avoir un emploi, formel (encadré par le droit du travail national) ou non. Dans le contexte de la crise de la Covid-19, et alors que les femmes sont plus exposées que les hommes aux licenciements4]Voir partie 1 de ce dossier., cette donnée prend une importance particulière : dans de nombreux cas, les difficultés des femmes migrantes sont liées à leur emploi, à sa perte ou au durcissement de ses conditions d’exercice.

Les femmes migrantes souffrent plus du chômage induit par la Covid-19

Les femmes migrantes souffrent de discriminations importantes sur le marché du travail de leurs pays d’accueil, qui ne font que s’exacerber avec la Covid-19. Ainsi, elles sont touchées par un plus fort taux de chômage, par rapport aux femmes autochtones (c’est-à-dire nées dans le pays) comme par rapport aux hommes migrants5]RAKOTONARIVO 2020, op. cité.. Cette situation peut les rendre dépendantes des aides sociales et/ou de leur conjoint.e, et nuire à leur résilience en temps de crise. Quand elles sont sur le marché du travail, les migrantes (comme leurs homologues autochtones mais de manière accrue), subissent un écart salarial important6]Ibid.. Enfin, les femmes migrantes souffrent également d’un déclassement professionnel majeur : la sociologue Francesca Sirna, qui étudie les travailleuses immigrées dans les hôpitaux du sud de la France, rapporte qu’un nombre important d’entre elles sont employées comme aides-soignantes, alors qu’elles ont un diplôme d’infirmière, voire de médecin. Ces femmes peuvent être amenées à effectuer au quotidien les tâches pour lesquelles elles sont qualifiées, mais ne sont pas payées à la hauteur de leur qualification7]A titre indicatif, le salaire brut d’un.e aide-soignant.e échelon 1 est respectivement 1,2 fois et 2,7 fois moins élevé que celui d’un.e infirmièr.e ou d’un.e praticien.ne hospitalier de même échelon. Emploi-Collectivités.fr, « Grille indiciaire hospitalière – FPH », à jour du 16.12.2020, URL ; SIRNA, Francesca, « Femmes migrantes dans le secteur hospitalier dans la région Sud en période de pandémie de Covid-19 », 2020, Hommes & Migrations, n°1331, pp.39-47, URL.. Si les hommes migrants souffrent également de ce déclassement, il leur est néanmoins plus facile de le surmonter : l’article de Francesca Sirna témoigne de situations dans lesquelles l’hôpital a payé une formation qualifiante à un aide-soignant immigré et refusé le même traitement à une aide-soignante. Ces formations qualifiantes, parfois redondantes avec leurs qualifications précédentes, permettent néanmoins aux personnes immigrées de faire valider leurs connaissances par un diplôme français8]SIRNA 2020, op. cité.. Dans un autre contexte, au Chili, on estime que le déclassement touche 34% des femmes migrantes titulaires d’un baccalauréat ou d’un diplôme de l’enseignement supérieur, pour seulement 22% des hommes migrants et 15% des femmes chiliennes9]RAKOTONARIVO 2020, op. cité.. Les femmes migrantes ont donc deux fois plus de risques que leurs homologues autochtones d’occuper des postes ne correspondant pas à leur qualification.

Par ailleurs, partout dans le monde, les femmes migrantes ont été particulièrement affectées par l’arrêt des activités productives et la hausse du chômage généralisée qui a suivi. En décembre 2020, l’ONU Femmes estimait que « 495 millions d’emplois [avaient] été perdus depuis le début de la pandémie – beaucoup dans le secteur des services où quelque 74 pour cent des femmes migrantes sont employées10]ONU Femmes, « Déclaration d’ONU Femmes à l’occasion de la Journée internationale des migrants 2020 », 17.12.2020b, URL. ». En Jordanie, le HCR rapporte que « presque toutes [les femmes réfugiées] qui travaillaient déclar[e]nt avoir perdu leur source de revenus11]DUNMORE, Charlie et al., « Les réfugiés ressentent la douleur du coronavirus au niveau économique à travers tout le monde arabe », 01.05.2020, UNHCR, URL. ». Dans des pays où des dispositifs comme le chômage partiel n’ont pas pu être mis en place par les gouvernements, ou ont été réservés aux nationaux.ales12]Voir partie 3 de ce dossier., ces femmes se trouvent donc dans des situations de grande précarité. Pour beaucoup, le risque de contracter le virus s’efface devant la nécessité impérieuse de pouvoir se nourrir, protéger sa famille et payer son loyer. Certaines travailleuses ont dû masquer leurs symptômes ou braver des interdictions de sortie pour pouvoir conserver une source de revenus. L’historienne Aurélie Leroy résume la situation des travailleur.ses informel.les de Lagos, dont le revenu est gagné au jour le jour : « La possibilité d’attraper une maladie apparaît dès lors bien moins menaçante que de n’avoir rien à manger à la fin de la journée13]LEROY, Aurélie, « Le genre dans la crise du Covid », 23.06.2020, Le regard du CETRI, URL. ». Mais cette situation n’est pas réservée aux habitant.es des pays des Suds. Odette, travailleuse congolaise en Suisse, témoigne : « C’était pas facile pour moi. Si je ne travaille pas, ils ne me paient pas14]OTHENIN-GIRARD, Danielle, « Livre | Derrière les murs. Récits de migrantes au temps du Covid-19 », 25.11.2020, Vivre Ensemble, URL.. ». Elle n’a pas pu demander l’aide sociale, car elle risquait de perdre son titre de séjour (permis B), conditionné en Suisse au fait d’être employé.e15]Ibid.. L’exemple d’Odette illustre l’intrication entre droits au travail et au séjour16]Voir partie 3 de ce dossier..

Les femmes migrantes sont surreprésentées dans le secteur informel et fournissent un travail domestique majeur17]NB : l’accent est mis dans cette partie sur le travail domestique pour souligner le double emploi des femmes migrantes, travailleuses domestiques chez elles et parfois à l’extérieur. Il convient néanmoins de ne pas trop insister sur la relation « migrante = travailleuse domestique », parfois généralisée à outrance alors que seules 12,5% des travailleuses migrantes exercent une activité domestique rémunérée.

61 % des travailleur.ses dans le monde participent du secteur informel18]OIT, Une avancée décisive vers l’égalité entre hommes et femmes, 2019, URL., un secteur par essence extrêmement sensible à toute impossibilité d’exercer son travail. Dans les pays occidentaux, cette situation s’impose souvent aux personnes qui ne peuvent obtenir un emploi contractualisé, comme les personnes en situation irrégulière. Ceci explique que, selon l’OIT, « la situation de migrant est […] associée à une probabilité supérieure de travailler dans l’économie informelle19]Ibid. ». C’est également le cas plus général des femmes, surreprésentées dans les secteurs des soins à la personne, dont il n’est pas rare que les activités (gardes d’enfants, ménages…) ne soient pas déclarées. Cette absence de déclaration empêche les femmes de bénéficier d’assurance en cas de maladie ou d’accident, de congés payés ou maternité. Les contrats, souvent courts et à temps partiel, obligent les femmes, particulièrement les migrantes, à accepter les premiers emplois venus pour pouvoir gagner un revenu suffisant20]ONU Femmes, Addressing the Impacts of the Covid-19 Pandemic on Women Migrant Workers, 2020c, URL..

Le travail informel se combine très souvent avec du travail domestique, rémunéré (sous la forme d’activités non-déclarées) ou non (par la prise en charge du fonctionnement du foyer et de l’attention aux personnes qui le composent). Le travail domestique, dans sa forme rémunérée, est une forme d’emploi particulièrement touchée par la pandémie de Covid-19 : il s’agit d’un poste de dépense assez facilement supprimable par les employeurs, d’autant plus qu’ils et elles sont confinés dans leurs domiciles. Par ailleurs, il est difficile, voire impossible pour les travailleur.ses de se rendre chez leurs employeurs confinés, et le risque de transmettre ou d’attraper le virus non-nul. L’ONU Femmes estime que « 37 millions de travailleuses domestiques risquent de perdre leurs emplois et revenus à la suite de la pandémie21]ONU Femmes, « How migration is a gender equality issue », 2020a, URL. », dont 8,5 millions de migrantes. Ces dernières représentent « seulement » 12,5 % de l’ensemble des travailleuses migrantes dans le monde22]GALLOTTI, Maria, « Migrant Domestic Workers Across the World: global and regional estimates », 2015, OIT, URL., mais 73,4 % des travailleur.ses domestiques migrant.es tous sexes confondus23]Chiffre 2013. OIT 2019, op. cité.. Les femmes migrantes qui ont perdu leur emploi ont parfois voulu retourner dans leur pays d’origine, mais certaines se sont retrouvées bloquées dans le pays d’accueil24]Voir partie 3 de ce dossier ; RAKOTONARIVO 2020, op. cité.. Avec la pandémie, toutes n’ont pas été payées pour les heures qu’elles avaient effectuées précédemment ; sans contrat de travail et papiers en règle, certaines n’ont pas pu défendre leurs droits25]Ibid..

Les travailleuses domestiques qui ont pu conserver leur emploi se sont retrouvées confrontées à de nouveaux problèmes. Alors que nombre de travailleuses domestiques migrantes sont logées chez leurs employeurs, la présence de ces dernier.es au domicile a pu augmenter la prévalence des violences domestiques, sexuelles et psychologiques auxquelles les travailleuses sont exposées26]Ibid.. ONU Femmes alerte sur l’impossibilité pour ces femmes, durant le confinement, de fuir un.e employeur.se violent.e en retournant dans leur pays d’origine. Les femmes qui ont conservé leur emploi domestique ont également dû faire face à une surcharge de travail, souvent sans équipement adéquat27]ONU Femmes 2020c, op. cité.. Enfin, comme toutes les autres femmes ayant une activité professionnelle, les travailleuses migrantes qui ont une famille ont dû assumer des charges ménagères, mentales et émotionnelles bien supérieures à la normale28]Voir partie 1 de ce dossier.. Dans le cas des femmes migrantes, isolées de leur famille et donc de personnes ressources, mais également sans accès à certaines aides-sociales ou à une assurance, la garde des enfants a pu se révéler un problème particulièrement épineux. Certaines ont dû aller travailler en les laissant chez elles sans surveillance29]ONU Femmes 2020c, op. cité., une situation qui s’ajoute aux nombreux facteurs de stress que connaissent déjà les travailleuses migrantes.

Conclusion : les travailleuses migrantes sont particulièrement exposées…

Néanmoins, le marché du travail n’est pas le seul théâtre où s’expriment les discriminations que les travailleuses migrantes ont pu subir durant la crise de la Covid-19. L’exemple de certaines femmes montre à quel point les différents aspects de la vie des femmes migrantes sont imbriqués : l’accès à un travail, même informel, conditionne la  possibilité du séjour et l’accès à un logement digne ; le titre de séjour permet l’obtention d’un travail contractualisé ; toutefois, diverses discriminations professionnelles maintiennent de nombreuses femmes migrantes dans la précarité… La prochaine partie se consacre donc aux discriminations rencontrées par ces femmes dans leur vie quotidienne, leur santé et leur accès aux droits.

References   [ + ]

1. On peut lire sur ce sujet : ONU Femmes, Addressing the Impacts of the Covid-19 Pandemic on Women Migrant Workers, 2020, URL.
2. RAKOTONARIVO, Andonirina, « Who are the women on the move? A portrait of female migrant workers », 18.12.2020, OIT, URL.
3. MIRANDA, Adelina, « Les multiples situations migratoires féminines dans la Méditerranée », 2010, NAQD, n°28, pp. 21-34, URL.
4, 28. Voir partie 1 de ce dossier.
5, 9. RAKOTONARIVO 2020, op. cité.
6, 15, 25, 26. Ibid.
7. A titre indicatif, le salaire brut d’un.e aide-soignant.e échelon 1 est respectivement 1,2 fois et 2,7 fois moins élevé que celui d’un.e infirmièr.e ou d’un.e praticien.ne hospitalier de même échelon. Emploi-Collectivités.fr, « Grille indiciaire hospitalière – FPH », à jour du 16.12.2020, URL ; SIRNA, Francesca, « Femmes migrantes dans le secteur hospitalier dans la région Sud en période de pandémie de Covid-19 », 2020, Hommes & Migrations, n°1331, pp.39-47, URL.
8. SIRNA 2020, op. cité.
10. ONU Femmes, « Déclaration d’ONU Femmes à l’occasion de la Journée internationale des migrants 2020 », 17.12.2020b, URL.
11. DUNMORE, Charlie et al., « Les réfugiés ressentent la douleur du coronavirus au niveau économique à travers tout le monde arabe », 01.05.2020, UNHCR, URL.
12, 16. Voir partie 3 de ce dossier.
13. LEROY, Aurélie, « Le genre dans la crise du Covid », 23.06.2020, Le regard du CETRI, URL.
14. OTHENIN-GIRARD, Danielle, « Livre | Derrière les murs. Récits de migrantes au temps du Covid-19 », 25.11.2020, Vivre Ensemble, URL.
17. NB : l’accent est mis dans cette partie sur le travail domestique pour souligner le double emploi des femmes migrantes, travailleuses domestiques chez elles et parfois à l’extérieur. Il convient néanmoins de ne pas trop insister sur la relation « migrante = travailleuse domestique », parfois généralisée à outrance alors que seules 12,5% des travailleuses migrantes exercent une activité domestique rémunérée.
18. OIT, Une avancée décisive vers l’égalité entre hommes et femmes, 2019, URL.
19. Ibid.
20. ONU Femmes, Addressing the Impacts of the Covid-19 Pandemic on Women Migrant Workers, 2020c, URL.
21. ONU Femmes, « How migration is a gender equality issue », 2020a, URL.
22. GALLOTTI, Maria, « Migrant Domestic Workers Across the World: global and regional estimates », 2015, OIT, URL.
23. Chiffre 2013. OIT 2019, op. cité.
24. Voir partie 3 de ce dossier ; RAKOTONARIVO 2020, op. cité.
27, 29. ONU Femmes 2020c, op. cité.

Bibliographie

DUNMORE, Charlie et al., « Les réfugiés ressentent la douleur du coronavirus au niveau économique à travers tout le monde arabe », 01.05.2020, UNHCR, URL.

Emploi-Collectivités.fr, « Grille indiciaire hospitalière – FPH », à jour du 16.12.2020, URL.

GALLOTTI, Maria, « Migrant Domestic Workers Across the World: global and regional estimates », 2015, OIT, URL.

LEROY, Aurélie, « Le genre dans la crise du Covid », 23.06.2020, Le regard du CETRI, URL.

MIRANDA, Adelina, « Les multiples situations migratoires féminines dans la Méditerranée », 2010, NAQD, n°28, pp. 21-34, URL.

OIT, Une avancée décisive vers l’égalité entre hommes et femmes, 2019, URL.

ONU Femmes, « How migration is a gender equality issue », 2020a, URL.

ONU Femmes, « Déclaration d’ONU Femmes à l’occasion de la Journée internationale des migrants 2020 », 17.12.2020b, URL.

ONU Femmes, Addressing the Impacts of the Covid-19 Pandemic on Women Migrant Workers, 2020c, URL.

OTHENIN-GIRARD, Danielle, « Livre | Derrière les murs. Récits de migrantes au temps du Covid-19 », 25.11.2020, Vivre Ensemble, URL.

RAKOTONARIVO, Andonirina, « Who are the women on the move? A portrait of female migrant workers », 18.12.2020, OIT, URL.

SIRNA, Francesca, « Femmes migrantes dans le secteur hospitalier dans la région Sud en période de pandémie de Covid-19 », 2020, Hommes & Migrations, n°1331, pp.39-47, URL.

Pour citer cet article : Cécile Guignard, “2 /4 – Femmes, migrants et Covid-19 : la situation dans le monde”, 09.08.2021, Institut du Genre en Géopolitique.

Les propos contenus dans cet article n’engagent que l’auteur.ice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.