Les femmes terroristes de Daesh

Temps de lecture : 13 minutes

Les femmes terroristes de Daesh

22.10.2021
Tarinda Bak

Introduction :

Le terrorisme est un concept large et représente une menace reconnue tant au niveau européen[1]Commission européenne, « Le programme européen en matière de sécurité́ », communication de la commission au Parlement Européen, au Conseil, au Comité Économique et Social Européen et au … Continue reading que sur la scène internationale[2]ONU, « Un monde plus sûr : notre affaire à tous », Rapport du Groupe de personnalités de haut niveau sur les menaces, les défis et le changement, 2004, p 6, … Continue reading. Toutefois, les différent.e.s acteurs.rices de la communauté internationale[3]D. Ethier, « Introduction aux relations internationales », les Presses de l’Université de Montréal, Paramètres, 4 ème édition, 2010, p 75-134 n’en donnent pas la même définition. Ainsi, c’est celle du terrorisme proposé par le Groupe de personnalités de haut niveau et le secrétaire général de l’ONU en 2004 que nous retiendrons. Il est défini comme suit : « tout acte commis dans l’intention de causer la mort ou des blessures graves à des civils ou à des non-combattants, qui a pour objet, par sa nature ou son contexte, d’intimider une population ou de contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à accomplir un acte ou à s’abstenir de le faire[4]ONU, « Nouvelles menaces : les propositions du Groupe de personnalités », Onu info, 2004, https://news.un.org/fr/story/2004/12/64892». Plusieurs mouvements terroristes peuvent être associés à cette définition mais notre attention se portera sur Daesh, appelé également État islamique[5]A. Tucker Jones, « Daesh: Islamic State’s Holy War », History of Terror, Casemate Publishers, 2018.

Daesh, organisation terroriste à l’idéologie dite salafiste[6]Direction B. Rougier, « Qu’est-ce que le salafisme », Presses Universitaires de France, PUF,2008-Le salafisme est d’après le Larousse : « un courant fondamentaliste de l’islam, qui … Continue reading djihadiste[7]Le djihadisme est d’après le Larousse : « le nom par lequel on désigne les idées et l’action des fondamentalistes extrémistes qui recourent au terrorisme en se réclamant de la notion … Continue reading souhaite rééduquer moralement la communauté musulmane en Syrie et en Irak tout en prônant l’utilisation de la violence. De plus, Daesh, par ses nombreux attentats en Europe[8]La délégation de l’Assemblée Nationale, « Rapport d’information sur l’Union Européenne et la lutte contre le terrorisme », 2005, … Continue reading et aux États-Unis[9]La fondation pour l’innovation politique, « Les attentats islamistes dans le monde 1979-2019 », 2019, p 1, http://www.fondapol.org/wp-content/uploads/2019/11/ENQUETE-TERRORISME-2019-11-08_w.pdf, est à juste titre, accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, de nettoyage ethnique, de destruction de vestiges archéologiques[10]ONU, « Syrie : le Conseil de sécurité et l’UNESCO condamnent la destruction du patrimoine culturel de Palmyre », ONU Info, 2017, … Continue reading, et de génocide[11]Conseil de sécurité de l’ONU, « l’équipe d’enquêteurs chargée d’amener Daesh à répondre de ses crimes en Iraq a commencé à réunir des « preuves incontestables », Couvertures … Continue reading.

Cette organisation est composée d’enfants, d’hommes et de femmes, dont la représentativité de ces dernières est en augmentation perpétuelle depuis sa création. Par exemple en France, 220 citoyennes sont parties rejoindre l’État islamique, représentant 35 % des djihadistes français[12]E. Gueguen, « 220 Françaises parties faire le djihad, un chiffre en hausse constante », Radio France, 2016, … Continue reading. D’ailleurs, un combattant sur sept en Syrie ou en Irak est une femme[13]P. Bergen, D. Sterman, A. S ims, A. Ford, « ISIS in the West: The Western Militant Flow to Syria and Iraq », New America, 2016, p 3-5,  https://rm.coe.int/16806b33a7.

De ce fait, ces femmes deviennent de plus en plus actrices au sein de Daesh et y prennent une part active, variant d’un rôle de procréatrice à une position dans une brigade des mœurs jusqu’à la réalisation d’actes terroristes. Par conséquent, on peut se demander en quoi la femme est-elle indispensable au fonctionnement de Daesh ?

I)Le rôle domestique et traditionnel du genre féminin

A- Un rôle élémentaire au foyer

Au sein de Daesh, les femmes ont d’abord un rôle qualifié de traditionnel. Le « Manifeste sur les femmes musulmanes », écrit par la Brigade Al-Khansaa[14]La Brigade Al-Khansaa représente la brigade des mœurs au sein de Daesh afin de contrôler que l’application stricte de la Charia est bien respectée. précise que : « [l]a grandeur de la position de la femme, le but de son existence est le devoir divin de maternité[15]The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », Fondation Quilliam, 2015, p 17-18, … Continue reading ». Par le terme de « grandeur », la femme ressent cette gloire faite à son nom. De plus, le mot « divin » ajoute une dimension spirituelle et morale. Ainsi, elle se sent valorisée à travers ce rôle originel lié à son genre. Toutefois, le but n’étant pas la valorisation de la femme, mais l’accroissement de la population à travers des nouveaux nés. Ces derniers assurent l’avenir de l’organisation terroriste et également sa survie en cas d’absence de nouvelles recrues. Par conséquent, les femmes sont utilisées à des fins génétiquement procréatives.

Ce rôle de mère ne s’arrête pas à la procréation. Il est attendu de celles-ci qu’elles éduquent les enfants mis au monde conformément à l’idéologie de Daesh[16]Comité d’experts sur le terrorisme (CODEXTER), Document de réflexion sur les : « rôles des femmes au sein de Daesh », Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2016, p 6, … Continue reading.  Ce rôle de préceptrice s’avère indispensable puisque les enfants présents ont besoin durant leur socialisation primaire de repères, de convictions, et de valeurs. Les parents, et plus particulièrement leurs mères, ont donc la tâche de les éduquer aux normes et aux valeurs de Daesh. Ces mères sont ainsi transformées en un outil de propagande puisqu’elles doivent élever leurs fils pour en faire des combattants de Daech. Tandis qu’il est attendu des filles qu’elles suivent l’exemple de leur mère en épousant les combats de l’organisation terroriste. Ainsi, les enfants vont en grandissant reconnaître, en l’idéologie de Daesh, la vérité absolue et ne remettront pas en question ce système familier. Ils deviendront ainsi des membres actif.ves lorsque le temps sera venu. De ce fait, les mères doivent être irréprochables puisque la moindre faille dans leurs éducations engendrerait une énorme perte pour l’organisation.

Ensuite, les femmes doivent également se comporter en parfaite épouse auprès de leurs maris[17]Europol, “European Union Terrorism Situation and Trend Report 2016”, 2016, p 26, … Continue reading. Ce dévouement auquel elles sont tenues de se soumettre est également repris par « le Manifeste sur les femmes musulmanes ». Celui-ci souligne que : « la femme a été créée pour peupler la Terre, de même que l’homme. Mais, comme Dieu l’a voulu, elle a été créée à partir d’Adam et pour Adam. De plus, son créateur a décidé qu’il n’y avait pas de plus grande responsabilité pour elle que d’être une épouse pour son mari[18]The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », Fondation Quilliam, février 2015, pages 17-18, pages 22, … Continue reading». Ce devoir de parfaite épouse offre une multitude d’avantages à Daesh. Effectivement, les hommes, “soldats du califat”[19]P.Conesa, F-B. Huyghe, M. Chouraqui, « La propagande francophone de Daesh : la mythodologie du combattant heureux », l’Observatoire des radicalisations, p 58, … Continue reading, se voient offrir à la fois soutien émotionnel, plaisirs charnels, enfants, dévotion et prise en charge de leurs besoins par leurs femmes.  Cela crée ainsi une sphère familiale dans laquelle ils possèdent tout ce dont ils ont besoin, leur permettant de rester et de s’épanouir au sein du système terroriste. Les femmes deviennent par ce moyen, l’élément de bien-être familial. Toutefois, s’opère un véritable paradoxe, car en dépit du fait que les femmes au sein de Daesh ont une obligation de devoir traditionnel et domestique envers leurs époux, elles doivent considérer la mort de ces derniers en martyr comme un honneur[20]E. M. Saltman, M. Smith, « Till Martyrdom Do Us Part – Gender and the ISIS Phenomenon », op. cit., 16-17, … Continue reading.

D’ailleurs, ce devoir d’épouse est si primordial pour l’organisation terroriste que certaines conditions ont été créées afin d’inciter les veuves à se remarier et ainsi reproduire le schéma de procréation. Si elles ne se remarient pas à un autre membre de Daesh, en l’absence d’un mahram[21]E. M. Saltman, M. Smith, « Till Martyrdom Do Us Part – Gender and the ISIS Phenomenon », op. cit., p 39, … Continue reading, elles doivent vivre dans un maqqar[22]Le maqqar est un foyer pour femmes où les conditions de vie sont insalubres qu’elles ne peuvent quitter qu’une fois par semaine.

B) Un rôle au sein de la société

Les femmes ont d’autres rôles primordiaux pour l’organisation terroriste. Au regard de son interprétation stricte de la charia[23]L. Pierre, « La charia », IESR – Institut Européen en Sciences des Religions, 2020, http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/ressources-pedagogiques/fiches-pedagogiques/charia, Daesh est soumis à des contraintes genrées. Par exemple, les femmes ne peuvent être touchées que par des femmes. Ainsi, les femmes ont le rôle de médecins, d’infirmières, ou encore de coiffeuse envers les personnes du même sexe. De plus, elles ont la possibilité de devenir institutrices. À ce titre, elles complètent l’éducation faite par les mères au sujet de l’idéologie et du bien-fondé de Daesh. Ce double discours mères-institutrices permet de renforcer les valeurs ainsi que les normes inculquées aux enfants, qui deviendront par la suite des djihadistes.

Les femmes peuvent également devenir membre de la “police de moralité”[24]Comité d’experts sur le terrorisme (CODEXTER), Document de réflexion sur les : « rôles des femmes au sein de Daesh », Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2016, p 6, … Continue reading de Daesh, appelée les brigades Al- Khansaa ou Umm al-Rayan[25]Comité d’experts sur le terrorisme (CODEXTER), Document de réflexion sur les : « rôles des femmes au sein de Daesh », Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2016, p 6, … Continue reading. Ces unités composées uniquement de femmes ont deux objectifs : celui de faire respecter l’ordre et celui de faire respecter l’application radicale[26]H. Hussein & Dr. M. Al Ajamî, « le djihad fantasmé de Daesh », Carnet de recherche contre discours radical CADR, 2016, https://iqbal.hypotheses.org/3508 des dogmes religieux, soit la hisbah[27]Le respect de la charia. Elles ne peuvent postuler que sous certaines conditions : être célibataires, être âgées de 18 à 25 ans[28]T. Dandois, vidéo sur : « Les femmes de Daesh », La Médiathèque Numérique Loire, 2019, … Continue reading et parler arabe.

La Brigade Umm al-Rayan a été créée dans le but d’identifier les hommes qui se déguisent en femme afin de quitter Daesh[29]A.  Erelle, « Dans la peau d’une djihadiste, au cœur des filières de recrutement de l’État islamique », librio, 2015, car toute personne vêtue d’un hijab[30]Voile qui couvre les cheveux, les oreilles et le cou, d’un niqab[31]Long voile recouvrant les cheveux et tout le visage, comportant une fine fente horizontale au niveau des yeux ou d’une burqua[32]Voile épais, ajouré au niveau des yeux qui recouvrent intégralement le corps ne peut pas être touchée par une personne du sexe masculin. Au regard de l’interprétation stricte de la charia faites par Daesh, seule une femme à la possibilité d’arrêter, de condamner et d’infliger une peine à une autre personne du même sexe qui a un comportement déviant[33]NBC News, Vidéo : « Into the Secret World of ISIS’ Female Enforcers », NBC Nightly News, 2015, https://www.youtube.com/watch?v=ee6dP7JOXgg. Ainsi, il est difficilement imaginable pour Daesh de poursuivre son idéologie avec l’interprétation qu’il a des préceptes religieux sans la présence des femmes et de cette brigade car, elles seules peuvent contrôler et leur infliger une peine. La brigade cessait d’exister, les comportements qui s’écarteraient de règles préétablies au sein de cette société terroriste ne cesseraient d’augmenter, ce qui, sur le long terme, pourrait la mettre en péril.

II) Des femmes de plus en plus investies dans le terrorisme international

A-Un rôle de recruteuse tourné vers l’international

Sous-entendre que les femmes au sein de Daesh ne possèdent que des rôles traditionnels et domestiques serait réducteur. Certaines jouent d’autres rôles non-négligeables au sein de l’organisation, comme dans le recrutement. Elles mettent en place une propagande 2.0[34]P.Conesa, F-B. Huyghe, M. Chouraqui, « La propagande francophone de Daesh : la mythodologie du combattant heureux », l’Observatoire des radicalisations, p 3, … Continue reading et la diffusent à travers le monde afin que d’autres femmes viennent en Irak ou en Syrie pour se rallier à Daesh. À travers divers moyens de diffusion, les recruteuses partagent, et confirment en même temps l’extrémisme de Daesh en décrivant les pratiques, les idéologies et la violence imposée par le califat[35]N. Ponticelli, « La stratégie hybride de l’État islamique : quels enseignements et quels enjeux ?  De Mossoul à Raqqa, l’âge de l’hybridité : l’État islamique en Irak et en Syrie … Continue reading. Ce partage est également l’occasion de proférer des menaces contre leurs ennemi.e.s . Une liste d’apostats à abattre regroupant différentes personnalités comme des imams, des personnalités politiques ou publiques[36]Dabiq, « tuez les imams infidèles en Occident », 2016 est communiquée. De surcroît, par leurs discours, les recruteuses invitent explicitement leurs partisans.annes à mener des attaques violentes à l’étranger[37]H. Hussein, « Les veuves Noires de Daesh », Dossier La fin de Daesh, Revue Moyen-Orient, n° 43, Juillet-Septembre 2019, https://cdradical.hypotheses.org/1131 au nom de l’organisation terroriste. À travers cette stratégie, elles sont utilisées comme un outil de propagande par l’organisation islamique afin d’étendre sa notoriété à travers le monde.

De plus, outre cette prolifération de menaces, les femmes recrutant pour l’organisation terroriste ont principalement un discours porté sur la manière de contrer les objections familiales des nouvelles recrues sur leurs nouveaux choix de vie, leurs nouveaux vêtements, le voile, la religion, et la manière d’entrer sur le territoire. Elles s’érigent ainsi comme accompagnatrices et guides en fournissant informations, soutiens et encouragements.  Ces nouvelles recrues se joignent ainsi facilement à l’organisation terroriste, laquelle fournit tous les détails et conseils nécessaires.

Les recruteuses ont à la fois pour cible des femmes et des hommes mais également des adolescentes[38]D. Bouzar, M. Martin, « Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence », Volume 64, 2016, p 353-359, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961716301313. Pour atteindre leur objectif, elles vont critiquer le monde occidental et ses mœurs, et pointer du doigt les maux sociétaux. Les recruteuses adaptent leurs discours en fonction de l’expérience des personnes, de leurs provenances, de leurs âges, et de leurs sexes. Par exemple, si la personne recrutée est un homme, la recruteuse va mettre en exergue l’héroïsme et le charisme des combattants de Daesh et l’ériger comme l’idéal de l’Homme masculin martyr.  Ainsi, les femmes agissent comme de véritables militantes, dont le discours attire toute personne utile à la survie et au développement de Daesh.

B- Un rôle croissant des femmes dans la participation aux attaques terroristes

La Fondation Zoura, organe de médias créé par Daech parmi d’autres tels que Dabiq et Dar al- islam, établit que les femmes n’ont pas le droit de participer en tant que combattantes et d’entreprendre des opérations martyres[39]M. Bloom & C. Winter, « The women of ISIL », Politico, 2015, https://www.politico.eu/article/the-women-of-isil-female-suicide-bomber-terrorism/.  Une exception[40]The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », p 22, https://therinjfoundation.files.wordpress.com/2015/01/women-of-the-islamic-state3.pdf est toutefois prévue par le manifeste de la Brigade Al-Khansaa. En effet, si une fatwa[41]Une fatwa est d’après le Larousse : « une consultation juridique donnée par une autorité religieuse à propos d’un cas douteux ou d’une question nouvelle » peut prévoir exceptionnellement la participation des femmes au combat, celle-ci n’est possible qu’en cas d’absolue nécessité, c’est-à-dire quand les djihadistes sont dans une situation critique et qu’il n’y a plus d’autres choix. Notons que c’est toutefois une situation qui n’arrive que très rarement.

Nonobstant cette limitation des femmes aux actes terroristes, elles souhaitent de plus en plus y prendre part, et créer un djihadisme féminin. De nombreux cas illustrent ce fait. Par exemple, il y a la cellule terroriste exclusivement composée de femmes qui a organisé un attentat en 2019[42]A.Chrisafis, « Cell of French women guided by Isis behind failed Notre Dame attack », The Guardian, 2016, … Continue reading près de la cathédrale Notre-Dame de Paris, même si cet attentat fut manqué et fût resté à l’état de tentative. On peut également rappeler la création de commissions qui préparent la gente féminine au combat et aux attaques-suicides en Libye[43]L.DAFTARI, « ISIS in Libya training women for combat, suicide bombing attacks », The Foreign Desk, 2016, … Continue reading ainsi que des attentats-suicides orchestrés par Boko Haram dans les régions frontalières du Nigeria[44]D.SEARCEY, « Boko Haram Turns Female Captives Into Terrorists », The New York Times, 7avril 2016, https://www.nytimes.com/2016/04/08/world/africa/boko-haram-suicide-bombers.html. D’ailleurs, si elles sont entraînées et formées tant au combat qu’à l’usage des armes, il convient de se demander les raisons de choix.

De plus, la recrudescence des attaques terroristes ayant pour acteurs des femmes pourrait être reliée à l’exemple des femmes djihadistes tchétchènes, nommées les veuves noires, qui se sont mobilisées en prenant les armes après la mort de leurs maris[45]H. Hussein, « Les veuves Noires de Daesh », Dossier La fin de Daesh, Revue Moyen-Orient, n° 43, Juillet-Septembre 2019, https://cdradical.hypotheses.org/1131. En ce sens, si la lutte contre le terrorisme perdure, cela aura pour conséquence la mort des combattants masculins. Ainsi, les femmes pourraient, afin de remplacer leurs homologues de l’autre sexe, prendre part aux combats de manière plus significative. Cette évolution renforcerait davantage le rôle crucial des femmes au sein de Daesh.

Conclusion :

La présence et la participation des femmes représentent une partie des fondations de Daesh et constitue son avenir puisqu’elles sont de véritables outils tant de procréations que de propagande pour l’organisation terroriste. Elles éduquent et contrôlent ainsi la nouvelle génération terroriste Syrienne et Irakienne afin de poursuivre le dessein de Daesh et les attaques perpétuées par l’organisation. Sans oublier la scène internationale, sur laquelle elles vouent une attention particulière en se présentant comme guide afin que des femmes et des hommes rejoignent le territoire du Soleil Levant.

De plus, il serait pertinent de se questionner sur l’évolution des femmes terroristes en dehors des pays où se trouve Daesh. Effectivement, étant donné qu’elles ne sont plus sous la contrainte de la Charia, ni de la brigade Umm al-Rayan, elles ne sont donc pas restreintes à l’interdiction de prendre part aux actes de terrorisme. Elles pourraient alors représenter une réelle menace et sont donc totalement imprévisibles ; mais également être la cause d’un accroissement futur des actes terroristes perpétrés à l’étranger. Ainsi, cela ajoute davantage de complexité et d’ampleur à leur rôle qui est d’ores et déjà indispensable, et qui pourrait s’amplifier dans les années à venir, provoquant par conséquent, la possibilité d’une révolution féminine au sein de Daesh.

Bibliographie :

Manuels :

A.Erelle, « Dans la peau d’une djihadiste, au cœur des filières de recrutement de l’État islamique », librio, 2015

A.Tucker Jones, « Daesh: Islamic State’s Holy War », History of Terror, Casemate Publishers, 2018

D. Bouzar, M. Martin, « Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence », Volume 64, Issue 6, 2016, p 353-359, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961716301313

D. Ethier, « Introduction aux relations internationales », les Presses de l’Université de Montréal, Paramètres, 4 ème édition, 2010, p 75-134

Direction B. Rougier, « Qu’est-ce que le salafisme », Presses Universitaires de France, PUF, 2008

El Difraoui Asiem, « Le Djihadisme », Presses Universitaires De France, Puf, Que Sais-Je, 2016

Rapports Onusien :

Conseil de sécurité de l’ONU, « l’équipe d’enquêteurs chargée d’amener Daesh à répondre de ses crimes en Iraq a commencé à réunir des « preuves incontestables », Couvertures des réunions & communiqués de presse, 8675e séance, 2019, https://www.un.org/press/fr/2019/cs14035.doc.htm

ONU, « Nouvelles menaces : les propositions du Groupe de personnalités », Onu info, 2004, https://news.un.org/fr/story/2004/12/64892

ONU, « Syrie : le Conseil de sécurité et l’UNESCO condamnent la destruction du patrimoine culturel de Palmyre », ONU Info, 2017, https://news.un.org/fr/story/2017/01/350962-syrie-le-conseil-de-securite-et-lunesco-condamnent-la-destruction-du-patrimoine

ONU, « Un monde plus sûr : notre affaire à tous », Rapport du Groupe de personnalités de haut niveau sur les menaces, les défis et le changement, 2004, p 6, https://www.un.org/french/secureworld/panelmembers.html

Rapports européens :

Comité d’experts sur le terrorisme (CODEXTER), Document de réflexion sur les : « rôles des femmes au sein de Daesh », Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2016, p 6, https://rm.coe.int/09000016806bd5e1

Commission européenne, « Le programme européen en matière de sécurité́ », communication de la commission au Parlement Européen, au Conseil, au Comité Économique et Social Européen et au Comité des Régions, Strasbourg, le 28.4.2015 COM (2015) 185 final, p 2, https://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/e-library/documents/basic-documents/docs/eu_agenda_on_security_fr.pdf

Europol, “European Union Terrorism Situation and Trend Report 2016”, 2016, p 26, https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-terrorism-situation-and-trend-report-te-sat-2016

La délégation de l’Assemblée Nationale, « Rapport d’information sur l’Union Européenne et la lutte contre le terrorisme », 2005, https://www.assemblee-nationale.fr/12/europe/rap-info/i2123.asp

L. Pierre, « La charia», IESR – Institut Européen en Sciences des Religions, 2020, http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/ressources-pedagogiques/fiches-pedagogiques/charia

Rapports internationaux :

Sénat, « Rapport sur l’organisation et les moyens des services de l’État pour faire face à l’évolution de la menace terroriste après la chute de l’état islamique », 2018, p 150, https://www.senat.fr/rap/r17-639/r17-6391.pdf

Articles de presse :

A.Chrisafis, « Cell of French women guided by Isis behind failed Notre Dame attack », The Guardian, 2016, https://www.theguardian.com/world/2016/sep/09/cell-of-french-women-radicalised-by-isis-behind-failed-notre-dame-attack

D.SEARCEY, « Boko Haram Turns Female Captives Into Terrorists », The New York Times, 7avril 2016, https://www.nytimes.com/2016/04/08/world/africa/boko-haram-suicide-bombers.html

E. Gueguen, « 220 Françaises parties faire le djihad, un chiffre en hausse constante », Radio France, 2016, https://www.francetvinfo.fr/societe/220-francaises-parties-faire-le-djihad-un-chiffre-en-hausse-constante_1701873.html

L.DAFTARI, « ISIS in Libya training women for combat, suicide bombing attacks », The Foreign Desk, 2016, http://www.foreigndesknews.com/lisas-desk/isis-libya-training-women-combat-suicide-bomb-attacks/

Documents scientifiques :

M. Saltman, M. Smith, « Till Martyrdom Do Us Part – Gender and the ISIS Phenomenon», op. cit., 16-17, p39 https://www.isdglobal.org/wp-content/uploads/2016/02/Till_Martyrdom_Do_Us_Part_Gender_and_the_ISIS_Phenomenon.pdf

H. Hussein & Dr. M. Al Ajamî, « le djihad fantasmé de Daesh», Carnet de recherche contre discours radical CADR, 2016, https://iqbal.hypotheses.org/3508

H. Hussein, « Les veuves Noires de Daesh», Dossier La fin de Daesh, Revue Moyen-Orient, n° 43, 2019, https://cdradical.hypotheses.org/1131

La fondation pour l’innovation politique, « Les attentats islamistes dans le monde 1979-2019 », 2019, p 1, http://www.fondapol.org/wp-content/uploads/2019/11/ENQUETE-TERRORISME-2019-11-08_w.pdf

M. Bloom & C. Winter, « The women of ISIL », Politico, 2015, https://www.politico.eu/article/the-women-of-isil-female-suicide-bomber-terrorism/

N. Ponticelli, « La stratégie hybride de l’État islamique : quels enseignements et quels enjeux ?  De Mossoul à Raqqa, l’âge de l’hybridité : l’État islamique en Irak et en Syrie de 2014 à 2017», IRIS Insitut de Relations Internationales et stratégiques, 2020, https://www.iris-france.org/wp-content/uploads/2020/01/La-stratégie-hybride-de-lÉtat-islamique.pdf

P. Bergen, D. Sterman, A. S ims, A. Ford, « ISIS in the West: The Western Militant Flow to Syria and Iraq », New America, 2016, pages 3-5, https://rm.coe.int/16806b33a7

P.Conesa, F-B. Huyghe, M. Chouraqui, « La propagande francophone de Daesh : la mythodologie du combattant heureux », l’Observatoire des radicalisations, p 3, https://www.fmsh.fr/sites/default/files/files/Rapport%20Propagande%20Bdef.pdf

The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », Fondation Quilliam, février 2015, pages 17-18, pages 22, https://therinjfoundation.files.wordpress.com/2015/01/women-of-the-islamic-state3.pdf

Reportages:

NBC News, Vidéo : « Into the Secret World of ISIS’ Female Enforcers », NBC Nightly News, 2015, https://www.youtube.com/watch?v=ee6dP7JOXgg

T.Dandois, vidéo sur : « Les femmes de Daesh », La Médiathèque Numérique Loire,2019, https://mediatheque-numerique.loire.fr/Default/doc/MEDIATHEQUE_NUMERIQUE/10640/les-femmes-de-daesh?_lg=fr-FR

Pour citer cet article : Tarinda Bak, “Les femmes terroristes de Daesh”, 22.10.2021, Institut du Genre en Géopolitique.

Les propos contenus dans cet article n’engagent que l’auteur.ice.

References

References
1 Commission européenne, « Le programme européen en matière de sécurité́ », communication de la commission au Parlement Européen, au Conseil, au Comité Économique et Social Européen et au Comité des Régions, Strasbourg, le 28.4.2015 COM (2015) 185 final, p 2, https://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/e-library/documents/basic-documents/docs/eu_agenda_on_security_fr.pdf
2 ONU, « Un monde plus sûr : notre affaire à tous », Rapport du Groupe de personnalités de haut niveau sur les menaces, les défis et le changement, 2004, p 6, https://www.un.org/french/secureworld/panelmembers.html
3 D. Ethier, « Introduction aux relations internationales », les Presses de l’Université de Montréal, Paramètres, 4 ème édition, 2010, p 75-134
4 ONU, « Nouvelles menaces : les propositions du Groupe de personnalités », Onu info, 2004, https://news.un.org/fr/story/2004/12/64892
5 A. Tucker Jones, « Daesh: Islamic State’s Holy War », History of Terror, Casemate Publishers, 2018
6 Direction B. Rougier, « Qu’est-ce que le salafisme », Presses Universitaires de France, PUF,2008-Le salafisme est d’après le Larousse : « un courant fondamentaliste de l’islam, qui prône aujourd’hui un retour à la religion pure des anciens en recourant à une lecture littérale des sources »
7 Le djihadisme est d’après le Larousse : « le nom par lequel on désigne les idées et l’action des fondamentalistes extrémistes qui recourent au terrorisme en se réclamant de la notion islamique de djihad »
8 La délégation de l’Assemblée Nationale, « Rapport d’information sur l’Union Européenne et la lutte contre le terrorisme », 2005, https://www.assemblee-nationale.fr/12/europe/rap-info/i2123.asp
9 La fondation pour l’innovation politique, « Les attentats islamistes dans le monde 1979-2019 », 2019, p 1, http://www.fondapol.org/wp-content/uploads/2019/11/ENQUETE-TERRORISME-2019-11-08_w.pdf
10 ONU, « Syrie : le Conseil de sécurité et l’UNESCO condamnent la destruction du patrimoine culturel de Palmyre », ONU Info, 2017, https://news.un.org/fr/story/2017/01/350962-syrie-le-conseil-de-securite-et-lunesco-condamnent-la-destruction-du-patrimoine
11 Conseil de sécurité de l’ONU, « l’équipe d’enquêteurs chargée d’amener Daesh à répondre de ses crimes en Iraq a commencé à réunir des « preuves incontestables », Couvertures des réunions & communiqués de presse, 8675e séance, 2019, https://www.un.org/press/fr/2019/cs14035.doc.htm
12 E. Gueguen, « 220 Françaises parties faire le djihad, un chiffre en hausse constante », Radio France, 2016, https://www.francetvinfo.fr/societe/220-francaises-parties-faire-le-djihad-un-chiffre-en-hausse-constante_1701873.html
13 P. Bergen, D. Sterman, A. S ims, A. Ford, « ISIS in the West: The Western Militant Flow to Syria and Iraq », New America, 2016, p 3-5,  https://rm.coe.int/16806b33a7
14 La Brigade Al-Khansaa représente la brigade des mœurs au sein de Daesh afin de contrôler que l’application stricte de la Charia est bien respectée.
15 The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », Fondation Quilliam, 2015, p 17-18, https://therinjfoundation.files.wordpress.com/2015/01/women-of-the-islamic-state3.pdf
16, 24, 25 Comité d’experts sur le terrorisme (CODEXTER), Document de réflexion sur les : « rôles des femmes au sein de Daesh », Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2016, p 6, https://rm.coe.int/09000016806bd5e1
17 Europol, “European Union Terrorism Situation and Trend Report 2016”, 2016, p 26, https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-terrorism-situation-and-trend-report-te-sat-2016
18 The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », Fondation Quilliam, février 2015, pages 17-18, pages 22, https://therinjfoundation.files.wordpress.com/2015/01/women-of-the-islamic-state3.pdf
19 P.Conesa, F-B. Huyghe, M. Chouraqui, « La propagande francophone de Daesh : la mythodologie du combattant heureux », l’Observatoire des radicalisations, p 58, https://www.fmsh.fr/sites/default/files/files/Rapport%20Propagande%20Bdef.pdf
20 E. M. Saltman, M. Smith, « Till Martyrdom Do Us Part – Gender and the ISIS Phenomenon », op. cit., 16-17, https://www.isdglobal.org/wp-content/uploads/2016/02/Till_Martyrdom_Do_Us_Part_Gender_and_the_ISIS_Phenomenon.pdf
21 E. M. Saltman, M. Smith, « Till Martyrdom Do Us Part – Gender and the ISIS Phenomenon », op. cit., p 39, https://www.isdglobal.org/wp-content/uploads/2016/02/Till_Martyrdom_Do_Us_Part_Gender_and_the_ISIS_Phenomenon.pdf Un mahram est un homme qui a pour tutelle une femme avec laquelle il ne peut pas se marier
22 Le maqqar est un foyer pour femmes où les conditions de vie sont insalubres
23 L. Pierre, « La charia », IESR – Institut Européen en Sciences des Religions, 2020, http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/ressources-pedagogiques/fiches-pedagogiques/charia
26 H. Hussein & Dr. M. Al Ajamî, « le djihad fantasmé de Daesh », Carnet de recherche contre discours radical CADR, 2016, https://iqbal.hypotheses.org/3508
27 Le respect de la charia
28 T. Dandois, vidéo sur : « Les femmes de Daesh », La Médiathèque Numérique Loire, 2019, https://mediatheque-numerique.loire.fr/Default/doc/MEDIATHEQUE_NUMERIQUE/10640/les-femmes-de-daesh?_lg=fr-FR
29 A.  Erelle, « Dans la peau d’une djihadiste, au cœur des filières de recrutement de l’État islamique », librio, 2015
30 Voile qui couvre les cheveux, les oreilles et le cou
31 Long voile recouvrant les cheveux et tout le visage, comportant une fine fente horizontale au niveau des yeux
32 Voile épais, ajouré au niveau des yeux qui recouvrent intégralement le corps
33 NBC News, Vidéo : « Into the Secret World of ISIS’ Female Enforcers », NBC Nightly News, 2015, https://www.youtube.com/watch?v=ee6dP7JOXgg
34 P.Conesa, F-B. Huyghe, M. Chouraqui, « La propagande francophone de Daesh : la mythodologie du combattant heureux », l’Observatoire des radicalisations, p 3, https://www.fmsh.fr/sites/default/files/files/Rapport%20Propagande%20Bdef.pdf
35 N. Ponticelli, « La stratégie hybride de l’État islamique : quels enseignements et quels enjeux ?  De Mossoul à Raqqa, l’âge de l’hybridité : l’État islamique en Irak et en Syrie de 2014 à 2017 », IRIS Insitut de Relations Internationales et stratégiques, 2020, https://www.iris-france.org/wp-content/uploads/2020/01/La-stratégie-hybride-de-lÉtat-islamique.pdf
36 Dabiq, « tuez les imams infidèles en Occident », 2016
37, 45 H. Hussein, « Les veuves Noires de Daesh », Dossier La fin de Daesh, Revue Moyen-Orient, n° 43, Juillet-Septembre 2019, https://cdradical.hypotheses.org/1131
38 D. Bouzar, M. Martin, « Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence », Volume 64, 2016, p 353-359, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961716301313
39 M. Bloom & C. Winter, « The women of ISIL », Politico, 2015, https://www.politico.eu/article/the-women-of-isil-female-suicide-bomber-terrorism/
40 The Al-Khanssaa Brigade, « Women of the Islamic State: A Manifesto on Women », p 22, https://therinjfoundation.files.wordpress.com/2015/01/women-of-the-islamic-state3.pdf
41 Une fatwa est d’après le Larousse : « une consultation juridique donnée par une autorité religieuse à propos d’un cas douteux ou d’une question nouvelle »
42 A.Chrisafis, « Cell of French women guided by Isis behind failed Notre Dame attack », The Guardian, 2016, https://www.theguardian.com/world/2016/sep/09/cell-of-french-women-radicalised-by-isis-behind-failed-notre-dame-attack
43 L.DAFTARI, « ISIS in Libya training women for combat, suicide bombing attacks », The Foreign Desk, 2016, http://www.foreigndesknews.com/lisas-desk/isis-libya-training-women-combat-suicide-bomb-attacks/
44 D.SEARCEY, « Boko Haram Turns Female Captives Into Terrorists », The New York Times, 7avril 2016, https://www.nytimes.com/2016/04/08/world/africa/boko-haram-suicide-bombers.html