Le manque de représentation des femmes en Afghanistan : un obstacle de taille dans le développement de la paix

Temps de lecture : 8 minutes

15.03.2022

Louise Poelaert-Roch

Dès le 8 mars 2000, avant l’adoption historique de la résolution 1325 portant sur les droits des femmes et la paix[1]Charpentier Maud, « L’agenda « Femmes, paix et sécurité » de l’ONU : bilan 20 ans après, à la lumière des méthodologies féministes », 20 octobre 2020, Institut du Genre en … Continue reading en octobre de la même année, les membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont affirmé que la paix est indissociable de l’égalité entre les sexes[2]Organisation des Nations Unies, « Le Conseil de sécurité estime que les femmes doivent être représentées à tous les niveaux de la prise de décision concernant les efforts de paix », … Continue reading. Toutefois, vingt ans plus tard, le constat est sans équivoque : les femmes ont presque toujours été exclues des accords de paix et des négociations en lien avec la reconstruction post-conflit des États.

Habituellement, les femmes sont représentées par des hommes dans ces processus de négociation car ce sont les opinions masculines qui ont une plus grande résonance dans la sphère publique de la politique internationale. Le rôle des femmes se cantonne généralement à des actions sociales ou humanitaires car celles-ci sont considérées comme le prolongement de leur fonction maternelle dans la sphère privée[3]PuechguirbalNadine, « Les femmes afghanes dans le processus de paix en Afghanistan : une perspective onusienne », 2002, Cahiers du Genre, vol. 33, no. 2, pp. 155-177, … Continue reading. Dans les rares cas où les femmes arrivent à se retirer de ce modèle dichotomique, leurs apports ne franchissent pas les frontières du domaine informel et ne sont pas inclus dans les réseaux officiels menant à la table des négociations[4]PuechguirbalNadine, « Les femmes afghanes dans le processus de paix en Afghanistan : une perspective onusienne », 2002, Cahiers du Genre, vol. 33, no. 2, pp. 155-177, … Continue reading.

La situation actuelle des Afghanes depuis la prise de Kaboul par les talibans en août 2021 appelle à une réflexion autour de la place occupée précédemment par ces femmes dans les processus décisionnels relatifs au développement de la paix. Une telle analyse permettrait de briser des stéréotypes de genre associés à la femme afghane et à l’image de la figure féminine cantonnée à son foyer, et ainsi de mettre en lumière les rapports de domination existants au sein de la société afghane.

En ce sens, il conviendrait d’analyser plus précisément la situation des femmes et leur intégration dans les processus décisionnels de reconstruction de la paix en Afghanistan. Cet article tentera de démontrer que l’étude des processus de paix en Afghanistan de 2001 au retrait des troupes américaines en 2021, mettant en évidence les mécanismes de domination organisés sous des formes politiques et juridiques, permet de dégager un rapport de causalité entre l’égalité de genre et la réussite des processus de paix.

Un manque de représentation rendant toute paix durable impossible 

En 2010, le Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) a constaté que dans un échantillon représentatif de vingt-quatre processus de paix depuis 1992 dans le monde, 2,5% des signataires, 3,2% des médiateur·rice·s et 7,6% des négociateur·ice·s étaient des femmes[5]Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, « Enhancing the role of women mediators in the OSCE region », octobre 2012, p.1, https://www.osce.org/files/f/documents/0/2/90562.pdf . Parmi ces accords de paix, seulement 16% abordaient spécifiquement les droits et les besoins des femmes[6]Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, « Enhancing the role of women mediators in the OSCE region », octobre 2012, p.1, https://www.osce.org/files/f/documents/0/2/90562.pdf . Selon l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), ces chiffres peuvent expliquer le fait que 50% de ces accords de paix ont échoué dans les cinq premières années après leur signature[7]Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, « Enhancing the role of women mediators in the OSCE region », octobre 2012, p.1, https://www.osce.org/files/f/documents/0/2/90562.pdf . En ce sens, l’intégration d’une perspective de genre est nécessaire à la construction de la paix[8]United States Institute of Peace, « Gender, War & Peacebuilding », p.6, https://www.usip.org/sites/default/files/NPECSG12_0.pdf .

Les Afghanes doivent être intégrées aux processus décisionnels car la paix durable ne peut pas être garantie si la moitié de la population est exclue des débats et que leurs besoins ne sont pas pris en compte. Selon l’ancien secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) Kofi Annan, c’est « parce qu’elles connaissent trop bien le prix de la paix que les femmes sont mieux équipées pour prévenir et résoudre les conflits[9]« Women who know the price of conflict so well, are also often better equipped to prevent or resolve it », Anne S. Walker, « Initiatives and Activities of Women Worldwide”, 23 octobre 2002, … Continue reading ». De plus, lorsque les femmes sont incluses dans les processus de consolidation de la paix au sein de leur pays, les chances de mettre fin aux violences augmentent de 24%[10]Stone Laurel, « Women Transforming Conflict, A Quantitative Analysis of Female Peacemaking », 13 mai 2014, Seton Hall University, 39 p., … Continue reading. Les études de l’experte Graça Machel ont également démontré que les principes de l’égalité des sexes et de l’inclusion sont les valeurs fondamentales sur lesquelles doivent être basées toutes tentatives de démocratie et de consolidation de la paix[11]Puechguirbal Nadine, « Les femmes afghanes dans le processus de paix en Afghanistan : une perspective onusienne », op. cit.. Enfin, le lien entre les femmes et la paix durable s’explique aussi par le fait que celles-ci sont plus susceptibles de s’attaquer aux causes structurelles des conflits[12]araghi Anderlini Sanam, « Women Building Peace: What They Do, Why It Matters », 2007, Lynne Rienner Publishers Inc, p.257, telles que les inégalités dans la répartition des ressources et les déséquilibres en termes de pouvoir[13]Lyamouri-BajjaNadine, et al. « 3. Comprendre le conflit », 2016, Le rôle des jeunes dans la transformation des conflits. T-Kit n° 12, sous la direction de Lyamouri-Bajja Nadine, et al. Conseil de … Continue reading. Ces différents constats sur l’impact du manque de représentation des femmes dans la construction de la paix ont encouragé plusieurs initiatives de la communauté internationale, notamment à travers les résolutions 1325 et 1820 du Conseil de sécurité. En revanche, ces encouragements doivent être relativisés car la portée de ces normes de soft-law est davantage théorique.

L’absentéisme récurrent des femmes dans les processus de paix en Afghanistan

Par le passé, les Afghanes ont fait l’objet d’une exclusion systématique lorsqu’il était question de discussions officielles sur l’avenir de leur pays. Dans un rapport publié le 24 novembre 2014, Oxfam International observe qu’aucune Afghane n’a été associée aux négociations entre la communauté internationale et les talibans depuis 2005[14]Cameron Elizabeth et Dr Kamminga Jorrit, Rapport « Sans consultations », 24 novembre 2014, Oxfam International, 24 novembre 2014, https://www.oxfam.org/fr/publications/sans-consultations . Sur la même période, seule une Afghane a participé à une négociation entre le gouvernement afghan et les talibans[15]Cameron Elizabeth et Dr Kamminga Jorrit, Rapport « Sans consultations », 24 novembre 2014, Oxfam International, 24 novembre 2014, https://www.oxfam.org/fr/publications/sans-consultations . Ce bilan, dressé à partir de vingt-trois négociations de paix entre 2001 et 2014, révèle que l’absence des femmes est liée à la fois au manque de volonté des gouvernements afghans de rendre le domaine politique plus inclusif, mais aussi à la passivité de l’Occident face à ce phénomène.

Pourtant, depuis des siècles, les Afghanes sont à l’avant-garde de la lutte pour leurs libertés, comme en témoigne l’obtention du droit de vote en 1919, bien avant certains pays occidentaux. Après l’intervention occidentale de 2001, des progrès sont réalisés concernant les droits des femmes tels que la mise en place d’un ministère de la Condition féminine[16]Frédéric Bobin, « Sima Samar, l’égérie de la lutte des femmes afghanes », 1er octobre 2011, Le Monde, … Continue reading et l’augmentation de la présence des Afghanes au sein de l’Assemblée nationale qui a pu atteindre 23,6% en 2018[17]Union interparlementaire, « Les femmes dans les parlements nationaux », état de la situation au 1er février 2019, archive.ipu.org/wmn-f/classif.htm . Toutefois, en pratique, la présence des femmes est à relativiser puisque les députées afghanes feront l’objet de tentatives d’assassinats à plusieurs reprises, tout comme les femmes policières. Cette insécurité grandissante n’est pas propice à une meilleure représentation des femmes au sein des instances décisionnelles. En résulte une invisibilisation des femmes, opérée en pratique par les différents gouvernements afghans, symbolisée par la campagne sur les réseaux sociaux « #Whereismyname » dénonçant l’absence d’inscription du nom des femmes dans les actes d’état civil afghans en 2020. Si le plaidoyer des Afghanes a été déterminant à plusieurs reprises dans les avancées économiques, politiques et sociales qu’a connu le pays depuis 2001, l’Afghanistan reste aujourd’hui l’un des pays les plus dangereux au monde pour les femmes selon Deborah Lyons, représentante spéciale de l’ONU en Afghanistan[18]Camille Sarret, « Renouveau du féminisme au Sud », Le Monde Diplomatique, janvier 2011, https://www.monde-diplomatique.fr/2011/01/SARRET/20021 .

La responsabilité de l’Occident dans l’invisibilisation politique des Afghanes

Quelques mois après le début de l’intervention occidentale en Afghanistan de 2001, le secrétaire d’État des États-Unis Colin Powell affirmait que « la reconstruction de l’Afghanistan doit entraîner la restauration des droits des femmes afghanes. Cette reconstruction ne sera vraiment pas possible sans elles[19]Jedidi Sonia, « Levons le voile sur les femmes en Afghanistan », 2010, Hérodote, vol. 136, no. 1, 2010, pp. 121-133, https://www.cairn.info/revue-herodote-2010-1-page-121.htm ». Pourtant, comme cela a été développé précédemment, l’amélioration de la situation des Afghanes et leur inclusion dans le domaine politique a été un véritable échec. En réaction à ce constat, nombre d’observateur·rice·s se sont intérogé·e·s sur l’instrumentalisation des droits des femmes par la communauté internationale[20]Oxfam International, « Afghanistan : tenir les femmes à l’écart du processus de paix risque d’entraîner un recul de leurs droits acquis depuis la chute des talibans », communiqué de presse, … Continue reading.

À cet égard, l’amélioration de la situation des femmes avait été présentée comme un effet positif de l’intervention internationale en Afghanistan. Néanmoins, les résultats sont fragiles et les pourparlers de paix avec les talibans ne font qu’empirer la situation en raison des promesses de progrès non-tenues par l’ensemble des acteurs. En ce sens, l’accord de Doha pour la paix en Afghanistan signé le 29 février 2020 entre les États-Unis et les talibans n’a prévu aucun engagement clair des talibans en matière de respect des droits des femmes et de leur inclusion dans les discussions officielles[21]Tajali Mona et Hoodfar Homa , « L’accord de paix entre l’Afghanistan et les extrémistes talibans pourrait avoir des répercussions néfastes pour les femmes », 16 mars 2021, The Conversation, … Continue reading. À la suite de cet accord, de nouvelles négociations ont été ouvertes entre le gouvernement afghan et les talibans où seulement quatre femmes ont été associées à l’équipe de négociation du gouvernement en dépit de la pression exercée par le groupe féministe afghan Women’s International League for Peace and Freedom in Afghanistan[22]Women’s International League for Peace and Freedom in Afghanistan, Rapport « Afghanistan : Submission to the Committee on the elimination of discrimination against women », 10-28 février 2020, … Continue reading. Plus récemment, l’ancienne ministre des Affaires féminines afghane Habiba Sarabi était la seule femme invitée à la conférence de Moscou sur la paix en Afghanistan de mars 2021[23]Ezzatullah Mehrdad, « Moscow Conference on Afghan Peace: Two Steps Back for Women, One Step Forward for Peace », 23 mars 2021, The Diplomat, 23 mars 2021, … Continue reading. En conséquence, des doutes apparaissent sur la possible intention, aussi bien des gouvernements afghans que des puissances occidentales, de faire taire la voix des Afghanes. Ainsi, l’inquiétude de ces femmes quant à leur avenir semble légitime et la perspective d’une paix stable et durable s’avère utopique.

Conclusion 

Le rôle des Afghanes dans la construction d’une paix durable est réaffirmé par la représentante spéciale de l’ONU Pramila Patten en 2021 : « La participation des femmes dans tous les domaines de la vie est une condition essentielle à l’émergence d’une société inclusive, forte et prospère en Afghanistan, tant pour relever les nombreux défis auxquels le pays fait face aujourd’hui que pour réussir demain[24]ONU Femmes, « Déclaration : La Directrice exécutive a.i. d’ONU Femmes, Mme Pramila Patten, déplore l’absence de femmes au sein de l’autorité gouvernementale afghane nouvellement créée et … Continue reading ». Ayant survécu aux violences et aux ravages engendrés par les conflits, les Afghanes ont développé des stratégies de survie et de cohésion au fil des décennies[25]Onyejekwe Chineze J. « Les femmes, la guerre, la consolidation de la paix et la reconstruction », 2005, Revue internationale des sciences sociales, vol. 184, no. 2, 2005, pp. 301-307, … Continue reading. Finalement, la guerre a transformé le rôle de ces femmes. Elles sont aujourd’hui en mesure de reconstruire le pays, sous réserve que les hommes leur laissent désormais la parole au sein des instances politiques.

L’absence de représentation des Afghanes, résultant des stéréotypes de genre défavorables aux femmes entretenus par les gouvernements afghans, est un obstacle au processus de paix en Afghanistan. Afin d’obtenir une paix inclusive et non-fondée sur des mécanismes de domination, une représentation équitable et démocratique de la population afghane est nécessaire. Ignorer les femmes dans le processus de reconstruction de leur pays revient à nier le droit de consolider leur situation après un conflit[26]Elaheh Rostami Povey, « Women in Afghanistan: passive victims of the borga or active social participants? » in « Development, Women, and War: Feminist Perspectives », 2004, Oxfam, 384 p., il est donc essentiel de mettre en place une intégration égalitaire des femmes dans les négociations relatives à la paix, à la reconstruction et au développement de leur pays, et de nommer les femmes aux postes décisionnels et à haute responsabilité. Au regard de la situation actuelle, dans un État où être une femme est presque devenu un crime, la communauté internationale doit agir en pratique conformément à ses promesses et faire de la participation des femmes une priorité dans toutes les actions visant l’Afghanistan.

Pour citer cette production : Louise Poelaert-Roch, “Le manque de représentation des femmes en Afghanistan : un obstacle de taille dans le développement de la paix”, 15.03.2022, Institut du Genre en Géopolitique.

References

References
1 Charpentier Maud, « L’agenda « Femmes, paix et sécurité » de l’ONU : bilan 20 ans après, à la lumière des méthodologies féministes », 20 octobre 2020, Institut du Genre en Géopolitique, https://igg-geo.org/?p=2527&fbclid=IwAR0IVkptcQCsYEczFPvHYi60vAafPWEEy_wgBna8PCKYUSWWKcfSO0nAyRg
2 Organisation des Nations Unies, « Le Conseil de sécurité estime que les femmes doivent être représentées à tous les niveaux de la prise de décision concernant les efforts de paix », communiqué de presse SC/6816, 8 mars 2000, https://www.un.org/press/fr/2000/20000308.sc6816.doc.html
3, 4 PuechguirbalNadine, « Les femmes afghanes dans le processus de paix en Afghanistan : une perspective onusienne », 2002, Cahiers du Genre, vol. 33, no. 2, pp. 155-177, https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2002-2-page-155.htm?contenu=article
5, 6, 7 Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, « Enhancing the role of women mediators in the OSCE region », octobre 2012, p.1, https://www.osce.org/files/f/documents/0/2/90562.pdf
8 United States Institute of Peace, « Gender, War & Peacebuilding », p.6, https://www.usip.org/sites/default/files/NPECSG12_0.pdf
9 « Women who know the price of conflict so well, are also often better equipped to prevent or resolve it », Anne S. Walker, « Initiatives and Activities of Women Worldwide”, 23 octobre 2002, International Women’s Tribune Center Women’s GlobalNet #21, 4 p., https://www.iwtc.org/212.html
10 Stone Laurel, « Women Transforming Conflict, A Quantitative Analysis of Female Peacemaking », 13 mai 2014, Seton Hall University, 39 p., https://deliverypdf.ssrn.com/delivery.php?ID=538097071083087007078108109067116005042087014021019030101082091111071097065107114064101057053127049096017010090078118067093068116091005007014025103096073028100107123090065022008004105114066123092119097118002080092124025080079121082120095127114021123064&EXT=pdf&INDEX=TRUE
11 Puechguirbal Nadine, « Les femmes afghanes dans le processus de paix en Afghanistan : une perspective onusienne », op. cit.
12 araghi Anderlini Sanam, « Women Building Peace: What They Do, Why It Matters », 2007, Lynne Rienner Publishers Inc, p.257
13 Lyamouri-BajjaNadine, et al. « 3. Comprendre le conflit », 2016, Le rôle des jeunes dans la transformation des conflits. T-Kit n° 12, sous la direction de Lyamouri-Bajja Nadine, et al. Conseil de l’Europe, 2016, pp. 45-96, https://www.cairn.info/le-role-des-jeunes-dans-la-transformation–9789287181985-page-45.htm
14, 15 Cameron Elizabeth et Dr Kamminga Jorrit, Rapport « Sans consultations », 24 novembre 2014, Oxfam International, 24 novembre 2014, https://www.oxfam.org/fr/publications/sans-consultations
16 Frédéric Bobin, « Sima Samar, l’égérie de la lutte des femmes afghanes », 1er octobre 2011, Le Monde, https://www.lemonde.fr/europe/article/2011/10/01/sima-samar-l-egerie-de-la-lutte-des-femmes-afghanes_1580349_3214.html
17 Union interparlementaire, « Les femmes dans les parlements nationaux », état de la situation au 1er février 2019, archive.ipu.org/wmn-f/classif.htm
18 Camille Sarret, « Renouveau du féminisme au Sud », Le Monde Diplomatique, janvier 2011, https://www.monde-diplomatique.fr/2011/01/SARRET/20021
19 Jedidi Sonia, « Levons le voile sur les femmes en Afghanistan », 2010, Hérodote, vol. 136, no. 1, 2010, pp. 121-133, https://www.cairn.info/revue-herodote-2010-1-page-121.htm
20 Oxfam International, « Afghanistan : tenir les femmes à l’écart du processus de paix risque d’entraîner un recul de leurs droits acquis depuis la chute des talibans », communiqué de presse, 24 novembre 2014, https://www.oxfam.org/fr/communiques-presse/afghanistan-tenir-les-femmes-lecart-du-processus-de-paix-risque-dentrainer-un
21 Tajali Mona et Hoodfar Homa , « L’accord de paix entre l’Afghanistan et les extrémistes talibans pourrait avoir des répercussions néfastes pour les femmes », 16 mars 2021, The Conversation, https://theconversation.com/laccord-de-paix-entre-lafghanistan-et-les-extremistes-talibans-pourrait-avoir-des-repercussions-nefastes-pour-les-femmes-156735
22 Women’s International League for Peace and Freedom in Afghanistan, Rapport « Afghanistan : Submission to the Committee on the elimination of discrimination against women », 10-28 février 2020, 19 p., https://www.wilpf.org/wp-content/uploads/2020/02/Submission_Afghanistan_CEDAW_Feb2020.pdf
23 Ezzatullah Mehrdad, « Moscow Conference on Afghan Peace: Two Steps Back for Women, One Step Forward for Peace », 23 mars 2021, The Diplomat, 23 mars 2021, https://thediplomat.com/2021/03/moscow-conference-on-afghan-peace-two-steps-back-for-women-one-step-forward-for-peace/
24 ONU Femmes, « Déclaration : La Directrice exécutive a.i. d’ONU Femmes, Mme Pramila Patten, déplore l’absence de femmes au sein de l’autorité gouvernementale afghane nouvellement créée et exprime sa consternation à cet égard », 7 septembre 2021, https://www.unwomen.org/fr/news/stories/2021/9/statement-ed-patten-dismay-and-regret-at-absence-of-women-in-afghanistan-government
25 Onyejekwe Chineze J. « Les femmes, la guerre, la consolidation de la paix et la reconstruction », 2005, Revue internationale des sciences sociales, vol. 184, no. 2, 2005, pp. 301-307, https://www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2005-2-page-301.htm
26 Elaheh Rostami Povey, « Women in Afghanistan: passive victims of the borga or active social participants? » in « Development, Women, and War: Feminist Perspectives », 2004, Oxfam, 384 p.