Côte d’Ivoire : le féminisme à l’épreuve.

Temps de lecture : 7 minutes

07.04.2022

Déborah Marie Estelle 

A l’heure où le contexte social et politique en Côte d’Ivoire est influencé par la culture, la tradition, et la religion eux même caractérisés par le patriarcat, le féminisme en Côte d’Ivoire peine à être accepté en tant que vocable et du point de vue de ses objectifs[1]L’égalité femme-homme en droit et en dignité et la liberté de la femme. et de ses méthodes[2]Se rapportent aux moyens et outils utilisés pour atteindre les objectifs ; notons que les méthodes sont évolutives en fonction du contexte et des objectifs.. Cette analyse sur l’origine et l’évolution du féminisme en Côte d’Ivoire permettra de mettre en lumière ses défis.

Les prémices et l’évolution du féminisme en Côte d’Ivoire

En 1949, des femmes ivoiriennes organisent une grande marche historique[3]Participation sociale et promotion de la femme en Côte d’Ivoire : une lecture des organisations féminines Pacôme Cyrille Guiraud. P39 dans la ville de Grand-Bassam[4]Ville située au sud-est du pays., en faveur de la libération de prisonniers politiques[5]https://rezoivoire.net/ivoire/patrimoine/2248/la-marche-des-femmes-sur-grand-bassam.html#. L’environnement culturel et politique pré-indépendance était déjà hostile à la présence des femmes ivoiriennes en politique mais cette initiative impulse la création de branches féminines au sein des partis politiques. En 1976, le ministère de la condition féminine est créé[6]Pacôme Cyrille Guiraud. op. cit., p. 39.. Les femmes font leur entrée au sein des bureaux politiques et à l’Assemblée nationale entre 1981 et 1986. À partir des années 1990, elles intègrent librement des partis politiques et y dirigent les branches féminines[7]Ibid..Elles se sont par la suite regroupées au sein d’un Comité Féminin[8]Une organisation de femmes qui avait réussi à devenir influente en politique de par ses actions pour la liberté de l’Homme noir. pour la lutte et l’émancipation de l’Homme africain. Les figures marquantes de cette initiative sont Anne Marie Raggi[9]Ancienne secrétaire générale du comité féminin de la sous-Section du PDCI-RDA de Grand-Bassam (1946-1974), Anne-Marie Raggi était l’initiatrice de la grève des achats et la figure … Continue reading et Marguerite Sacoum[10]Figure politique et héroïne du mouvement anticolonialiste ivoirien, elle fut l’une des organisatrices principales de la marche de Grand Bassam.. Au départ, lutter pour la liberté de l’Homme africain était l’objectif, sans avoir à l’esprit que les femmes devraient mener ensuite une autre lutte pour la liberté de la femme ivoirienne. « Après les luttes communes pour les indépendances, les hommes ivoiriens ont berné les femmes et n’ont pas pris en compte leurs problématiques[11]Entretien mené le 25 octobre avec Bintou Traoré, activiste féministe ivoirienne et journaliste.», affirme Bintou Traoré, journaliste et féministe ivoirienne.

La quête pour la liberté de la femme et pour l’égalité entre la femme et l’homme en Côte d’Ivoire commence après l’indépendance. Il y eut ainsi la création de l’Association des Femmes Ivoiriennes (AFI) pour préparer les femmes à occuper tous les postes de décision tant dans le secteur public que dans le secteur privé. L’AFI s’est assignée pour objectif principal l’émancipation sociale et économique de la femme ivoirienne. Les années 1960 à 1975 ont été marquées par la présence des premières générations de femmes instruites.

Progressivement, des organisations féminines ont vu le jour en zones rurales et urbaines à l’instar de la Ligue Ivoirienne des Secrétaires (LIS) en 1980, l’Association pour l’Amélioration et l’Aménagement du Cadre de Vie (AMCAV) en 1986 et l’Association des Femmes Cheffes d’Entreprises (AFCECI) en 1988, qui interviennent dans tous les domaines pour améliorer les conditions de vie des femmes : activités génératrices de revenus, alphabétisation et formation professionnelle, amélioration du statut juridique de la femme et de sa santé par le contrôle de la fécondité. D’autres organisations ivoiriennes à l’image de l’Association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire (AFJCI) ont milité pour l’évolution des textes juridiques en faveur de l’égalité femme-homme et pour l’accessibilité de la justice aux femmes victimes de violences quelles que soient leurs types.Si toutes ces initiatives ont contribué à émanciper la femme et faire évoluer la question de l’égalité en Côte d’Ivoire, il est important de préciser cependant qu’elles ne se sont pas faites officiellement sous la bannière du féminisme.

Le féminisme en Côte d’Ivoire a été affirmé pour la première fois par Constance Yaï, présidente de l’association pour la défense des droits de la femme, qui pendant de nombreuses années a lutté pour faire triompher le respect et l’égalité femme-homme. Elle est aussi à l’origine de la loi réprimant les violences faites aux femmes, dont le mariage forcé, les mutilations génitales féminines ou encore le harcèlement sexuel. Elle a également été la première à dénoncer les viols lors des troubles politiques que la Côte d’Ivoire a connu en 2000. Depuis, le féminisme en Côte d’Ivoire évolue et se heurte aux pesanteurs sociaux-culturelles fortement influencées par le système patriarcal qui véhicule une division genrée des rôles, qui repose sur deux principes : le principe de séparation et le principe de hiérarchie. Le premier assigne prioritairement les hommes à la sphère productive et les femmes à la sphère reproductive. Le deuxième place toujours l’homme au-dessus de la femme dans tous les secteurs d’activité et dans la société.

Le féminisme en Côte d’Ivoire : entre négation du concept ; réalités socio-culturelles et influences occidentales

 Le mot « féminisme » porte un sens péjoratif dans plusieurs esprits car il est appréhendé comme un mouvement purement occidental, une doctrine importée dont le but est de détruire les traditions et coutumes africaines. Marie-Ange Latte, féministe ivoirienne interrogée dans le cadre de cet article, pense que le féminisme en Côte d’Ivoire est fortement influencé par le féminisme occidental. Elle soutient également que la clarification des objectifs et méthodes du féminisme devrait faire l’objet d’une appropriation par les femmes et cela implique des formations sur la notion afin d’éviter certains dérapages constatés. Elle affirme : « Il faut que le féminisme en Côte d’Ivoire se réinvente en jumelant nos bonnes mœurs en tant qu’africaines et le concept de féminisme à proprement parlé ».

Dans la majorité des traditions et dans la doxa en Afrique, l’homme est considéré comme supérieur à la femme et il a le droit d’exercer sa domination sur elle, parfois de manière violente. Le féminisme est communément compris comme une idéologie qui ne veut pas seulement libérer la femme, mais aussi usurper le pouvoir des hommes pour le mettre entre les mains des femmes. Et pourtant, les mouvements de libération des femmes en Afrique existent depuis la période coloniale. Leurs porte-flambeaux ne se définissaient pas en tant que féministes, mais menaient des actions qui visaient à déconstruire les conceptions patriarcales et à donner une carrure plus importante à la femme au sein de la société.

Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, à l’ère de l’évolution des masses médias et de l’internet, la lutte féministe prend une autre forme. Les féministes ivoiriennes assument de plus en plus leur engagement.

Le « féminisme 2.0[12]Le féminisme 2.0 est une expression pour qualifier la lutte pour l’égalité et l’évolution du rôle de la femme dans la société au moyen d’internet et des outils numériques.» ou « cyberféminisme[13]C’est le collectif australien VSN Matrix qui propose le terme cyberfeminism en 1991 dans le « Manifeste cyberféministe pour le XXIe siècle ». Le groupe a pour but de faire entrer les femmes … Continue reading » fait bouger les lignes en Côte d’Ivoire

Dans la sphère activiste en ligne, le militantisme féministe occupe désormais une place de choix. Ce mouvement a impulsé des pratiques numériques visant à lutter contre le sexisme, le racisme et le militarisme encodés dans les structures informatiques d’internet. Ainsi, au moyen des réseaux sociaux et des blogs, les activistes féministes en Côte d’Ivoire influencent non seulement les politiques, les mœurs, les pensées sociales construites sur des stéréotypes contre « la femme africaine[14]En référence à l’hashtag « vraie femme africaine » qui a enflammé internet en 2020. Source … Continue reading» mais aussi les comportements sexistes qui pendant longtemps étaient tolérés. Pour l’heure, les acquis sont, entre autres, la catégorisation de « violences conjugales » comme une infraction pénale ; la désuétude du terme « paternité » au profit de « parentalité » dans le code civil, et la possibilité pour les femmes d’ajouter leur nom à l’acte de naissance de leurs enfants.

Par ailleurs, la déconstruction de la culture du viol, la participation politique des femmes, l’éducation sexuelle et l’autonomisation des jeunes filles restent encore au centre des préoccupations des activistes féministes, en témoignent leurs différents engagements.

En effet, des féministes ivoiriennes sont engagées, au sein d’organisations ou militante seule, pour l’égalité des genres en politique, pour le droit à la santé sexuelle et reproduction, contre les violences basées sur le genre et pour un leadership et une autonomisation des femme dans la société. Il s’agit entre autres de Carelle Laetitia Goli[15]Blogueuse et activiste féministe engagée pour l’implication des jeunes filles en politique. Elle est à l’initiative de l’académie politique des femmes de Côte d’Ivoire pour former les … Continue reading engagée pour la formation en politique des femmes à travers son académie politique et son blog héroïnes d’ici[16]https://heroinesdici.com/ ; Emilie Tapé[17]Jeune blogueuse et féministe, elle milite depuis 2018 à travers son blog les minouslibres.com pour les droits sexuels de la femme. https://minoulibre.com/2020/  oeuvrant pour le droit à l’éducation et à la santé sexuelle ; l’ONG Woman Leader pour la promotion du droit à l’éducation et à la santé de la jeune fille. Depuis 2020, Woman Leader a initié une tournée de sensibilisation dénommée « Jeune fille, ta santé importe[18]https://www.woman-leader.org/jeune-fille-ta-sante-importe/» dans les lycées et collèges sur l’hygiène menstruelle et les méthodes contraceptives à destination des jeunes filles élèves. A ce jour, c’est plus de 6000 jeunes filles qui sont bénéficiaires du programme[19]https://www.woman-leader.org/. Il existe également le centre Manowach, un centre d’écoute et de conseil qui favorise le rapprochement parents et enfants et qui est également engagé pour la promotion du leadership féminin[20]https://www.facebook.com/Centre-d%C3%89coute-et-Conseil-Manowach-CEM-M-379506545970805/

Dans l’élan de la lutte contre les violences basées sur le genre, l’ONG OVERCOME[21]https://www.facebook.com/Overcomecenter/ s’illustre bien car elle est reconnue pour son engagement contre le harcèlement sous toutes ses formes des femmes et des jeunes filles. Également, depuis 2019, la ligue ivoirienne des droits de la femme, un réseau féministe, a fait de l’éradication des violences sexistes et sexuelles envers les femmes[22]https://www.facebook.com/LaLigueIvoirienne/ son objectif principal. Il est aujourd’hui à l’initiative de plusieurs actions sociales et d’assistances aux survivantes de violences basées sur le genre en Côte d’Ivoire.

Conclusion

Au-delà de l’activisme pour le respect des droits des femmes, aujourd’hui, s’engager en tant que féministe en Côte d’Ivoire implique dans un premier temps d’assumer son engagement et dans un second temps d’agir pour remplacer le système patriarcal par un système libre et égalitaire dans lequel les femmes et les hommes, les filles et les garçons ont les mêmes chances et droits d’accès aux opportunités et aux ressources publiques ; mais également que chaque genre évolue librement de manière équitable dans la société.

Bibliographie

BECK Carolin, C.B., Activistes féministes en Côte d’Ivoire et au Sénégal, actions, enjeux dynamiques, 2020, URL : https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://www.nawey.net/wp-content/uploads/downloads/2012/11/Le-Feminisme-en-C%25C3%2583%25C2%25B4te-D%25C3%2582%25C2%25B4Ivoire.pdf&ved=2ahUKEwjnxsefkvTxAhVJVsAKHSG4BxkQFjAAegQIAxAC&usg=AOvVaw3_77E9JJACDW

EPSE Kane, A. K., Le féminisme en côte d’ivoire, Octobre 2011, URL :    https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://www.nawey.net/wp-content/uploads/downloads/2012/11/Le-Feminisme-en-C%25C3%2583%25C2%25B4te-D%25C3%2582%25C2%25B4Ivoire.pdf&ved=2ahUKEwjnxsefkvTxAhVJVsAKHSG4BxkQFjAAegQIAxAC&usg=AOvVaw3_77E9JJACDW

EQUIPOP.org, Générations féministes en Afrique de l’ouest- paroles de militant.e.s et recommandations pour le forum génération égalité, 2020, URL : https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://equipop.org/wp-content/uploads/2020/09/GenerationsFeministes.pdf&ved=2ahUKEwiD5sKAkvTxAhWcQEEAHYAMCM8QFjAAegQICBAC&usg=AOvVaw18jnSbwQXu41EiQGiRapWh

LOUA, C. (s.d.), Une lecture psychologique du discours féministe chez Fatou Keita et Veronique Tadjo, Akofena, p. 443-460, URL : https://docplayer.fr/198085325-Une-lecture-psychologique-du-discours-feministe-chez-fatou-keita-et-veronique-tadjo.html 

 

Pour citer cette production : Déborah Marie Estelle, “Côte d’Ivoire : le féminisme à l’épreuve”, 07.04.2022, Institut du Genre en Géopolitique 

Les propos contenus dans cet article n’engagent que l’autrice. 

References

References
1 L’égalité femme-homme en droit et en dignité et la liberté de la femme.
2 Se rapportent aux moyens et outils utilisés pour atteindre les objectifs ; notons que les méthodes sont évolutives en fonction du contexte et des objectifs.
3 Participation sociale et promotion de la femme en Côte d’Ivoire : une lecture des organisations féminines Pacôme Cyrille Guiraud. P39
4 Ville située au sud-est du pays.
5 https://rezoivoire.net/ivoire/patrimoine/2248/la-marche-des-femmes-sur-grand-bassam.html#
6 Pacôme Cyrille Guiraud. op. cit., p. 39.
7 Ibid.
8 Une organisation de femmes qui avait réussi à devenir influente en politique de par ses actions pour la liberté de l’Homme noir.
9 Ancienne secrétaire générale du comité féminin de la sous-Section du PDCI-RDA de Grand-Bassam (1946-1974), Anne-Marie Raggi était l’initiatrice de la grève des achats et la figure emblématique de la marche des femmes sur Grand-Bassam, le 24 décembre 1949. Elle fut membre d’honneur du bureau national de l’Association des Femmes Ivoiriennes (AFI) depuis 1974, présidente de l’AFI de Grand-Bassam jusqu’en 1984.
10 Figure politique et héroïne du mouvement anticolonialiste ivoirien, elle fut l’une des organisatrices principales de la marche de Grand Bassam.
11 Entretien mené le 25 octobre avec Bintou Traoré, activiste féministe ivoirienne et journaliste.
12 Le féminisme 2.0 est une expression pour qualifier la lutte pour l’égalité et l’évolution du rôle de la femme dans la société au moyen d’internet et des outils numériques.
13 C’est le collectif australien VSN Matrix qui propose le terme cyberfeminism en 1991 dans le « Manifeste cyberféministe pour le XXIe siècle ». Le groupe a pour but de faire entrer les femmes dans les espaces électroniques au moyen de l’art. Simultanément, la spécialiste de cultural studies Sadie Plant utilise le terme pour décrire la manière dont la technologie féminise selon elle la société occidentale.
14 En référence à l’hashtag « vraie femme africaine » qui a enflammé internet en 2020. Source : https://www.jeuneafrique.com/904701/societe/vraiefemmeafricaine-le-hashtag-qui-reconcilie-africanite-et-feminisme/
15 Blogueuse et activiste féministe engagée pour l’implication des jeunes filles en politique. Elle est à l’initiative de l’académie politique des femmes de Côte d’Ivoire pour former les jeunes filles en politique en vue de leur implication efficace.
16 https://heroinesdici.com/
17 Jeune blogueuse et féministe, elle milite depuis 2018 à travers son blog les minouslibres.com pour les droits sexuels de la femme. https://minoulibre.com/2020/
18 https://www.woman-leader.org/jeune-fille-ta-sante-importe/
19 https://www.woman-leader.org/
20 https://www.facebook.com/Centre-d%C3%89coute-et-Conseil-Manowach-CEM-M-379506545970805/
21 https://www.facebook.com/Overcomecenter/
22 https://www.facebook.com/LaLigueIvoirienne/